Mais si, mais si, ça avance !...

En ces tout derniers jours avant les congés, avant de profiter
d’un repos bien mérité, chacun de nous se retourne sur l’année
écoulée. Coup d’oeil dans le rétroviseur, parfois marqué de
regrets, mais nécessaire pour repartir de l’avant.

Dans la rude année syndicale qui s’achève, on peut également
trouver des motifs de regrets : regret de n’avoir pas pu faire
échec à la réforme des retraites, ou de ne pas avoir réussi à
imposer d’autres conditions pour l’année de formation des
stagiaires. Regret et amertume devant la logique de casse du
service public qui aura une fois de plus détruits des milliers
d’emplois dans les lycées et les collèges cette année, alors que
les jeunes et leurs familles auraient besoin plus que jamais de
l’Ecole pour assurer la promotion sociale.

Mais pourquoi ne pas y voir en même temps de vrais motifs de
satisfaction et des raisons d’aller de l’avant ? Par exemple, la
lutte de cet automne contre la réforme des retraites a su
redonner confiance dans l’action collective, et surtout faire enfin
taire les tenants de l’inéluctable allongement de l’âge de départ
et/ou de la durée de cotisation. Qui croit encore aujourd’hui que
la loi adoptée visait la pérennité du système par répartition ?
De même, en matière de formation des enseignants, après la
campagne que nous avons menée, qui croit encore que ce
gouvernement veut rendre les profs meilleurs… en les formant
moins ? Et au collège ou au lycée, si les collègues aspirent sans
doute à des changements – tout comme les élèves et leurs
familles – qui croit encore qu’ils viendront du Livret de
Compétences ou de la réforme Chatel ? Comme l’a montré une
récente enquête, n’en déplaise à ce gouvernement, les français
ne veulent pas non plus réduire le nombre des fonctionnaires, ni
renoncer à leurs services publics. Sur tous ces dossiers, il n’y a
pas de regrets à avoir – car la conscience collective avance.
On est certes encore loin d’en avoir fini avec cette politique
libérale qui lamine depuis si longtemps le bien commun et les
solidarités. Mais le fait est que la population est de moins en
moins dupe. Comme le sont de moins en moins les peuples et la
jeunesse d’Europe et d’ailleurs.

Pour nous en tous cas il y aura encore beaucoup à faire dès la
rentrée pour défendre nos droits et l’Ecole que nous voulons.
C’est le sens de l’appel intersyndical à la grève dans
l’Education lancé pour le mardi 27 Septembre. Ce sera aussi le
sens du vote pour le SNES dans les CAP et pour la FSU dans les
CT en Octobre prochain !

D’ici là, faites le plein d’énergie, de désir et de combativité !

Bonnes vacances à tous !

le secrétariat du SNES Finistère

SOMMAIRE1. Edito
2-3. Affectations en ST2S - Actualité STI
4. Deux dossiers chauds de rentrée :
Orientation scolaire - Dispositif stagiaires
5. supports-stagiaires dans le département :
« berceaux » ou lits de Procuste ?
6. Demain, le Soclège ?
7. « Le travail c’est la Santé ? » colloque
SNE/FSU du 10 mai
8. « Où va l’Ecole ? » CR de la visite de G.
Aschieri à Lorient le 20 mai