19 décembre 2012

Actualité académique

CR du GT effectifs breton & gallo - jeudi 13 décembre :

Présents pour l’administration : M. Thurat (SG), Mme Amara, Mme Boissinot et Mme Dutertre (DOS), M. Guillou (IPR).
Présents pour les personnels :

- pour le SNES : Yann-Pier Dérédel - Cédric Choplin - Christine Trochu - Anita Kervadec - JM Cléry

- 1 représentant de la CGT

- 1 représentant de Sud Education

- 1 représentant SGEN-CFDT

Comme l’année passée, les données chiffrées sont à la hausse : au total + 170 élèves entre le constat de rentrée 2011 et celui de 2012 pour le breton, dont +122 en collège (+144 l’an passé). En lycées, pour le breton, la hausse est plus modeste (+50). Le gallo pour sa part est en légère baisse au collège, et en légère hausse au lycée (+20). Il faut remarquer que les écarts entre la prévision et le constat de rentrée sont faibles, ce qui signifie que les services ont affiné leurs prévisions – à part en gallo où l’écart prévision/constat est important.

Pour autant, à part deux projets d’ouvertures (en bilingue à Bégard, et en optionnel à Lesneven), les propositions négatives de l’administration avant le GT étaient considérables :

  • 3 fermetures pour l’option breton (CLG Camus-Guingamp, CLG Langevin-Hennebont, LYC Landivisiau),
  • 2 fermetures pour le gallo (CLG de Bain, LYC Cartier-St Malo),
  • 3 ‘’mises en sommeil’’ pour le bilingue (CLG Sizun, CLG Redon, LYC Brizeux-Quimper),
  • 2 passages du BO3 au BF1 (CLG Bourbriac et CLG Gourin),
  • et de nombreux ‘’maintiens sous conditions d’effectifs avec mise sous surveillance avant décision à la rentrée 2013’’ : CLG Commana, CLG Plougastel-Daoulas, CLG Guémenée, CLG Plouay, LYC Lamballe, LYC Corbière-Morlaix, LYC Brizeux-Quimper, LYC V. Hugo-Hennebont pour l’option breton + CLG Merdrignac pour le gallo.

A quoi s’ajoute l’annonce contre toute attente de la mise en sommeil du bilingue à Rostrenen ! Or nous savons que l’enquête auprès des familles a été menée à toute vitesse dans le premier degré (où la liaison avec le CLG ne se fait pas bien) et que les chiffres pour 2013 ont été remontés immédiatement et sans précaution par le CLG ! Lors du GT ‘’pôles’’ de la veille (le 12/12), l’IPR n’a jamais annoncé explicitement son intention… la présence des élus de la Région, et surtout celle des parents Div Yezh, très combatifs, l’en ont peut-être dissuadé ! Quoi qu’il en soit, les militants de la FSU et les parents ne manqueront pas de réagir, comme ils avaient su se manifester pour le premier degré bilingue lors de leur manifestation du 1er décembre ! Il est urgent de faire entendre à tous les acteurs que des décisions politiquement fortes sont attendues pour la vie du breton dans ce secteur !

Nous avons argumenté pour toutes les situations, comme chaque année en nous appuyant sur les informations qui nous étaient parvenues des collègues ou des responsables SNES des établissements, ou encore des camarades de la FSU du premier degré ou des parents. Nous avons également signalé des erreurs dans les constats d’effectifs 2012, ou dans les prévisions de rentrée 2013, parfois faites à la hâche ! C’est le cas par exemple pour le bilingue au CLG La Villemarqué-Quimperlé dont la filière n’a été ouverte qu’à la rentrée 2011 : l’administration abandonne finalement son idée de ‘’mise sous surveillance’’, les perspectives d’effectifs étant positives. C’est le cas aussi pour les prévisions de 6e au CLG Morlaix-Mendès, et surtout en Gallo au LYC Cartier-St Malo dont les chiffres remontés ne correspondent pas à la réalité et devraient être corrigés. Nous avons aussi dénoncé un regroupement opéré par l’administration du CLG Pont l’Abbé entre des élèves de BF1 de 5e, 4e et 3e ! L’IPR n’a pas proposé d’y mettre fin considérant qu’il est trop tard, mais il a clairement dit que si on l’en avait informé en début d’année il se serait opposé à ce regroupement : dont acte !

Nous avons contesté une fois de plus les seuils imposés pour des collèges de petite dimension où il n’est pas réaliste de mettre une ‘’barre’’ à 10 élèves pour le maintien de l’option (ex. CLG Commana, CLG Plounéour-Ménez).

De même, nous avons contesté la décision de passage du BO3 au BF1 pour des classes où les effectifs sont fragiles (CLG Bourbriac et CLG Gourin). Un des arguments de l’IPR était que les collègues de LR avec de très petits effectifs seraient, paraît-il, ‘’mis en situation difficile face aux collègues d’autres disciplines qui sont en classe entière’’. Pourtant, à notre connaissance, personne n’envie les collègues de LR avec leurs services éclatés sur de multiples classes et partagés sur plusieurs établissements ! Logiquement, on améliorerait la situation des effectifs en LR en motivant davantage d’élèves à poursuivre l’option en 4e… Or, comment le passage en BF1 le permettrait-il, alors qu’en ce cas il n’y aurait plus possibilité pour eux de valoriser leur option dans le cadre du DNB ? On va juste dévaloriser un peu plus la LR au yeux de tous, et faire que les collègues se retrouveront dans davantage de classes, avec davantage de niveaux et dans encore plus d’établissements ! Mais on voit bien que la motivation pour l’administration n’est pas pédagogique : il s’agit juste de récupérer quelques heures à droite et à gauche ! Pour le CLG Pleyben, nous avons également vérifié auprès de l’administration que le BO3 est bien assuré cette année (le c.e. avait voulu imposer le passage de fait du BO3 au BF1 l’an passé).

Pour plusieurs établissements où le gallo est dans le collimateur (CLG de Bain, CLG de Merdrignac, LYC J.Cartier-St Malo et LYC de Lamballe), nous avons à nouveau argumenté pour ramener l’administration à la réalité de la pratique du gallo : au lycée il n’est pas anormal que les jeunes prennent parfois le gallo en Terminale en vue de l’examen, parce qu’ils le parlent à la maison et peuvent ainsi gagner des points ; au collège, proposer l’option gallo dès la 6e est souvent contre-productif car des jeunes l’abandonnent au profit du latin en 5e, alors qu’un choix clair en 5e permet souvent de garantir la poursuite durant tout le cursus.

Toujours en gallo, nous sommes intervenus pour plusieurs demandes portées par les équipes et que le document préparatoire au GT ne mentionnait pas : pour le LYC Bréquigny, dont la demande a été confirmée en C.A., et pour le LYC de Montfort (demande de réouverture en seconde également votée en C.A.). C’est également le cas pour une demande d’option LV au Lycée Kerneuzec de Quimperlé. L’administration va se renseigner directement auprès des établissements : il faut donc que nos collègues vérifient très rapidement que leurs demandes ont bien été prises en compte !

Nous avons aussi alerté l’administration sur la mauvaise prise en compte du choix de la langue régionale dans les demandes d’inscription en 2nde dans les Lycées de pôles : s’agissant de débutants pour la LV3, l’administration considère qu’il ne s’agit pas d’une ‘’poursuite de scolarité’’ et ne traite la demande de dérogation pour le Lycée de pôle qu’en « priorité de rang 7 ». Compte tenu de la très forte pression sur les effectifs à l’entrée en Lycée, notamment dans le secteur de Rennes, des élèves risquent de se retrouver écartés, comme ce fut effectivement le cas pour l’affectation au LYC Jean Macé à la rentrée 2012. Nous avions pu intervenir et rattraper les choses pour les familles qui se sont manifestées, mais sans savoir s’il n’y avait pas eu d’autres cas ! Nous avons donc demandé que l’administration se montre plus attentive à la rentrée prochaine. Le DASEN 35 s’y était engagé lors du GT ‘’pôles’’ du 12/12, mais tout en soulignant la difficulté de l’exercice quand on est ‘’à quelques élèves près’’ pour une ouverture supplémentaire en 2nde !

Modifications obtenues par rapport au projet initial présenté au GT :

  • CLG Huelgoat (BF1) : incitation à la poursuite de scolarité après la 5e pour du BO3
  • CLG Plougastel : mise sous surveillance du BF1 + ouverture d’une autre DNL en bilingue pour élargir l’offre
  • CLG de Bain (gallo) : fermeture abandonnée
  • LYC J.Cartier-St Malo (gallo) : fermeture abandonnée après vérification des effectifs réels
  • CLG Gourin : maintien du B03 mais mise sous surveillance des effectifs.

Au CALR, prévu le 15 janvier, l’IPR donnera les résultats de l’enquête en cours pour l’ouverture du bilingue à Jules Simon-Vannes et pour le ‘’réveil’’ du bilingue mis en sommeil à Beg Avel-Carhaix (ce qui serait le premier du genre !!). Comme au GT ‘’pôles’’ de la veille, nous avons fortement argumenté pour que soit donnée enfin une chance à ces deux sites bilingues après des années de bagarre !

Nous vérifierons de quelle façon nos remarques auront été prises en compte. Comme chaque année, l’administration présentera au CALR les mesures comme étant des décisions issues du GT. Nous rappellerons que ces décisions lui incombent entièrement et que pour notre part nous avons porté d’autres propositions.