19 décembre 2012

Actualité académique

CR du GT ‘’politique des pôles’’ - mercredi 12/12/2012 et propositions

Etaient présents pour l’administration, le recteur A. Steyer, les deux secrétaires généraux Ph. Thurat et Ch. Le Gall, les 2 IEN de Breton, les 4 DASEN (ex-IA) ; pour la Région la vice-Présidente Léna Louarn et Ronan Le Louarn ; l’Office public de la Langue bretonne ; Div Yezh Breizh ; l’enseignement catholique ; un représentant du CG35.
Pour les représentants des personnels FSU (seule organisation présente) : Armelle Le Coz (SNUipp), Thérèse Jamet-Madec (SNES), Goual Belz (SNuipp), Jacques Brillet (SNUipp), JM Cléry (SNES).

Nous avons d’emblée placé la rencontre dans le prolongement des « GT breton » de l’année dernière et souligné la nécessité à tous les échelons de passer des engagements formels à leur traduction concrète. A ce titre, l’absence de toute mention de l’enseignement des langues régionales dans le projet de Loi de refondation apparaît comme un manque qui doit être corrigé. Le volontarisme en faveur des LR devra également se manifester en Bretagne en pensant la place du CFEB actuel dans la nouvelle architecture de la formation des enseignants (ESPE). La démocratisation de l’Ecole exige que l’enseignement de la langue bretonne soit à la portée de tous, spécialement des enfants des milieux populaires ; elle exige également que l’accès aux métiers de l’enseignement ne soit pas seulement ouvert aux étudiants les plus favorisés. C’est pourquoi la FSU réclame des pré-recrutements ; dans l’immédiat, elle veillera à ce que les EAP (qui arriveront dans le second degré à partir de janvier) ne soient pas un dispositif piégeant les étudiants boursiers et qu’ils permettent une réelle amélioration des conditions d’études et d’accès aux concours de l’EN.

La FSU demandait depuis des années un examen critique de la politique des pôles instaurée en 2005 par le rectorat. Il s’agit – en dépit des contraintes budgétaires qui nous seront par principe toujours opposées – de remettre en question la vision ‘’descendante’’ de l’implantation des sites, et de répondre à la demande de bilingue là où elle est. Mais au-delà, il s’agit de mettre en place une véritable ambition d’offre pour le bilingue, seule façon de donner de la lisibilité aux familles qui souhaitent offrir à leurs enfants un enseignement bilingue dès la maternelle et jusqu’au lycée.

Toutes nos interventions sont allées dans ce sens. Dans la quasi-totalité des cas, elles ont rencontré les analyses de Div Yezh et de l’Ofis. Pour ce qui est de la réponse de l’institution, en revanche, force est de constater que nous sommes encore très loin du compte.
Si le recteur a marqué son intérêt pour plusieurs de nos arguments, les conseils dont il s’entoure manquent de conviction. Peu de conviction alors qu’il s’agirait pourtant de marquer clairement l’engagement de l’Etat en faveur de l’implantation du bilingue dans les communes où les élus se montrent réticents. Et, hélas, moins de conviction encore de la part de l’institution pour imposer aux Conseils généraux une discussion de fond pourtant essentielle sur le transport scolaire qui est le noeud de toute une série de problèmes ! Une fois de plus, les principaux intéressés étaient absents : seul le CG35 avait délégué un représentant, mais la compétence de ce dernier ne portait ni sur les transports ni sur le dossier scolaire !

A quelques petits signes on perçoit un certain infléchissement dans la carte des pôles afin de s’approcher davantage du réel : ouverture d’un pôle à la rentrée 2013 à Bégard, projet à court terme pour Plouzané, projet de pôle sur le secteur de Plouha/Paimpol, recadrage du collège de pôle du secteur Morlaix en faveur de St Martin des Champs, acceptation du principe d’un collège de pôle dans le pays bigouden,…
(voir liste des propositions).

Mais pour l’essentiel, la réponse institutionnelle consiste toujours… à différer la réponse. L’administration n’a pris pratiquement aucun engagement pour un horizon proche – que ce soit pour répondre aux difficultés constatées dans les poursuites de scolarité et inventer des solutions intelligentes par une approche globale des territoires (secteur de Rostrenen / Carhaix) – ou qu’il s’agisse de combler le défaut scandaleux d’enseignement public, comme c’est le cas pour le Morbihan. Pour ce département notamment, on nous a parlé une fois de plus de « complémentarité des réseaux » – ce qu’une fois de plus nous avons récusé ! Les enjeux entre le public et le privé y sont en tous cas importants car la progression des effectifs en collèges est forte dans le public, cela malgré son déficit en structures (43 collèges publics /47 collèges privés). Or l’enseignement privé catholique a décidé d’opérer un ‘’redéploiement stratégique’’ que ses annonces de restructurations des pôles permettent de dessiner : création d’un pôle à Hennebont (ND Dame des Vœux) et abandon de Languidic, au moment où la création d’un collège public à Kervignac est envisagée dans la plus forte zone de croissance démographique du Morbihan. Au moment même où l’on apprend la mise sous éteignoir de la filière bilingue à Hennebont Langevin !

De la même façon, en ce qui concerne Vannes, un pôle privé catholique existera en ville par l’implantation de la structure à St François-Xavier, qui intègre collège et lycée. De fait Vannes se trouve quasiment cernée par les collèges privés qui alimenteront le lycée… Dans le même temps, l’IPR continue à conseiller au recteur de ne pas ouvrir le bilingue à Jules Simon « par manque de visibilité à terme » (sic !). Qu’en conclure ?
Au CALR prévu le 15 janvier, nous dénoncerons une fois de plus la concurrence déloyale du privé, mais nous comptons bien également interroger l’administration sur son étonnante absence de vision pour la filière publique !

Propositions - GT ‘’politique des pôles’’ - mercredi 12/12/2012

« Pôle de Lannion » :
- Arrêt du projet d’ouverture de la filière bilingue au collège de Belle Isle en Terre, et ouverture d’un pôle à la rentrée 2013 à Bégard : choix possible entre CLG Bégard et CLG Prévert Guingamp pour l’Ecole Ploézal, et au choix Lannion ou Bégard pour Plounevez Moedec
- projet de pôle possible sur le secteur de Plouha/Paimpol (horizon ?)
- nouvelle enquête pour alimenter le CLG Jean Macé St Brieuc avec une seconde Ecole (revoir pour les sites de Ploufragan et Pordic ?)

« Pôle de Landerneau » :
- maintien du CLG Sizun (ouvert en 2011) mais fragile : pas de fermeture. Mais toujours pas de solution pour le transport des enfants de la commune de St Rivoal

« Pôle de Brest - Iroise » :
- ouverture à court terme d’un pôle en CLG à Plouzané - ouverture avancée à la rentrée 2013 ‘’si tous les signaux sont au vert’’ selon la DASEN 29 (ex-IA)

« Pôle de Morlaix » :
- ‘’recadrage’’ du collège de pôle du secteur Morlaix : il est fixé finalement au CLG de St Martin des Champs
- CLG de Lanmeur proposé comme pôle : étude à mener avec la DSDEN22 pour l’alimenter avec l’Ecole de Plestin les Grèves
- la continuité CLG pour les sites primaires de Roscoff et Cléder est à envisager

« Pôle de Carhaix » :
- l’Ecole de Callac est rattachée au CLG de pôle Beg Avel Carhaix en même temps qu’à CLG Prévert Guingamp
- pour Rostrenen nous avons défendu le maintien du collège et exigé que les familles n’aient pas à choisir entre suivre la filière bilingue et opter pour la CHAM. Nous avons demandé qu’une solution soit explorée entre Carhaix et Rostrenen en maintenant les 2 filières collèges

« Pôle de Quimper » :
- acceptation du principe d’un collège de pôle dans le pays bigouden (horizon R2014)
- acceptation du principe d’un second lycée de pôle à Quimperlé LYC Kerneuzec (…horizon 2020 ??)

« Pôle de Rennes - Jean Macé » :
- réflexion à engager pour une seconde Ecole alimentant le CLG Beaumont Redon
- réflexion à mener à terme pour le secteur de St Malo

« Pôle de Vannes » :
- enquête en cours jusqu’au 20 décembre pour un CLG de pôle à Jules Simon Vannes - la FSU défend a minima l’engagement du rectorat pour une ouverture à la rentrée 2013 - éventuellement avec contractualisation du maintien sous condition d’effectif à échéance fixée. Le recteur évoque une autre approche de l’enquête par l’institution et parle de ‘’contrat moral avec les familles’’

« Pôles de Lanester - Jean Macé » :
- la FSU défend le maintien d’une offre de breton aux enfants du secteur du CLG de pôle Henri Wallon Lanester
- le constat étant fait que les enfants de Lorient-Nouvelle Ville et Lorient-Merville ne viennent pas sur le CLG de pôle de Lanester, la FSU défend l’idée d’une création d’un CLG de pôle au plus proche.
- le rectorat évoque également à horizon plus lointain un CLG de pôle sur le secteur d’Hennebont