23 juin 2006

SECTIONS DEPARTEMENTALES

Collège nord de Vannes : Manoeuvre partisane et déni de démocratie

Pendant plus de 20 ans, le Conseil Général du Morbihan s’est opposé à la construction d’un collège public au nord de Vannes. D’études en études, le Conseil Général, le Rectorat, l’Inspection d’académie se sont renvoyés la balle. Pendant ce temps, l’enseignement privé a construit un collège à Saint-Avé puis à Theix .

Si le Président du Conseil Général a rouvert le dossier en 2004 et si en septembre 2005 le Conseil Général a enfin décidé à l’unanimité la construction d’un collège public, c’est parce qu’ils ne pouvaient plus faire autrement, pressés par les évolutions démographiques dans ce secteur, la demande de la population et la mobilisation de toutes celles et tous ceux qui ont l’école publique et laïque au cour.

Nous avons dit notre satisfaction à l’annonce de cette décision. Une première étape était franchie. La localisation du futur collège paraissait évidente étant données les études prospectives.

Qu’on en juge :
- 770 collégiens sont attendus en 2009 à Saint-Avé où il y a un collège privé mais pas de collège public,

- 540 collégiens sont attendus en 2009 à Theix où il y a un collège privé mais pas de collège public,

- 490 collégiens sont attendus en 2009 à Grand-Champ où il y a un collège privé mais pas de collège public,

- 380 collégiens sont attendus en 2009 à Elven où il y a un collège privé mais pas de collège public,

- 280 collégiens sont attendus en 2009 à Plescop où il n’y a pas de collège public, ni de collège privé.

Fin novembre, le Conseil Syndical du SNES s’est prononcé pour une localisation à Saint-Avé. La FSU 56 a adopté la même position.

Mais, depuis des mois, il s’est agi pour la majorité du Conseil Général de tout faire pour justifier la décision de ne pas construire le futur collège sur la commune de Saint-Avé, commune candidate depuis 23ans.

Dans un premier temps, sur les 5 candidatures déclarées, le CG en a écarté 3 (Elven, Grandchamp, Theix) et retenu 2 (Saint-Avé et Plescop). Sur quels critères ? Voir l’énumération ci-dessus.

Le CDEN (Conseil Départemental de l’Education Nationale) consulté le 21 mars 2005 s’est prononcé à l’unanimité des 25 votants pour une localisation à Saint-Avé.

La population consultée par sondage à la demande du Conseil Général, a dit sa préférence pour Saint-Avé (47 % pour Saint-Avé, 32 % pour Plescop).

Et lors de la session du 20 juin 2006, la majorité du Conseil Général a voté pour . Plescop.

Saint-Avé restera la seule commune de France de plus de 10 000 habitants sans collège public.

Pour justifier le refus d’implanter le futur collège à Saint-Avé, la majorité départementale invoque de manière répétitive le souci de voir la mixité sociale préservée.

Cette volonté louable de ne pas porter atteinte à la mixité sociale n’a jamais été opposée, ni même seulement évoquée, lorsqu’un collège privé a été ouvert à Saint-Avé (en 1996) ou à Theix (en 2004).

Madame le Préfet est appelée à la rescousse : « l’Etat restera vigilant quant à la préservation de la mixité sociale au sein des établissements scolaires des quartiers nord de Vannes et des communes limitrophes, au titre des missions qu’il exerce dans le cadre de la politique de la ville ».

Mais où était l’Etat en 1996 et en 2004 ?

Il y a des préoccupations qui ne valent que pour le public. Le privé qui pourtant, faut-il le rappeler, fonctionne avec les crédits publics, est exonéré de toute contrainte.

La préoccupation de favoriser la mixité sociale ne concerne pas que l’école, elle concerne d’abord et plus fondamentalement de nombreuses villes de notre département. Ce qui interroge les politiques foncières et d’urbanisme de ces collectivités.

Autre argument, Plescop constituerait le meilleur choix pour rétablir l’équilibre public-privé ! Argument risible à la lecture de l’énumération ci-dessus.

En réalité, la majorité du Conseil Général a une nouvelle fois fait le choix de protéger l’enseignement privé. En agissant ainsi, elle commet un véritable déni de démocratie et privilégie des intérêts partisans contre l’intérêt des jeunes, des familles, du service public et laïc d’éducation, du département.

Pour le secrétariat du SNES 56 et de la FSU 56

Joël BOUGLOUAN