13 décembre 2007

Observatoire et stages

Demande d’audience au rectorat sur l’évaluation au DNB en langues vivantes

Dans le SNES Bretagne N° 77 de novembre 2007, nous évoquions la colère des collègues de langues vivantes en collège qui avaient appris en octobre par un courrier des IPR qu’ils devraient évaluer leurs élèves de troisième et attester que ceux-ci avaient atteint le niveau A2 dans une langue choisie par l’élève.

Les IPR faisaient référence à la note de service N°2007-O142 diffusée par la DGESCO le 1O septembre 2OO7. Selon cette note, le niveau A2 était déclaré atteint dès lors que le candidat obtenait une note égale ou supérieure à 1O.Il était demandé aux collègues de construire leur -évaluation selon le Cadre européen c’est à dire d’évaluer les « quatre » compétences. Il était aussi déclaré que la langue choisie par l’élève faisait "l’objet d’une évaluation identique à tous les enseignements évalués en contrôle continu".

Les collègues de l’académie ont interpellé le SNES académique par courrier électronique ou lors de réunions dans les établissements car ils étaient désemparés face à ce courrier.

Nous avons donc demandé une audience aux IPR de langues.
Certains collègues ont été réunis dans le cadre des bassins par les IPR. Nous avons pris connaissance d’un document donné aux collègues à une réunion qui a eu lieu le 15 novembre. Ce document reprenait les points essentiels évoqués dans la note de service :
- 1) Quel est le rôle de la note 10/20 ?
- 2) Sur quoi faut-il évaluer ? (les 5 activités langagières)
- 3) Comment articuler moyenne trimestrielle et contrôle continu ? (référence à un jury qui déciderait de "l’attribution ou non du diplôme")
- 4) Comment articuler note sur 20 et niveaux du CECRL (la note 2O =B1 et la note 10 =A2
- 5) Comment utiliser la grille de référence du socle ? (en ligne sur le site eduscol)

Les collègues semblaient encore plus perplexes ; le SNES académique aussi et il a donc recontacté les IPR pour obtenir l’audience déjà demandée.

Cette audience aura lieu le 19 décembre.

A noter que le SNES national a été reçu le 5 décembre sur cette question par la DGESCO et l’Inspection Générale.

La DGESCO a pris comme référence une nouvelle note qui va être publiée au BO et a affirmé que la note de service précédente n’existait pas ! Le Snes a fait remarquer que les IPR s’étaient appuyés sur cette note de service "fantôme" lors de réunions de bassins.
Que dit cette nouvelle note ?

- Il y a contrôle continu pour les 2 langues vivantes et l’attestation du
niveau A2 pour une de ces deux langues. Cette langue choisie ne peut être qu’une langue étrangère, pas une langue régionale.

- l’attestation du niveau A2 doit faire l’objet d’une saisie séparée dans un document en annexe 2 de cette note (les livrets de compétences actuellement en expérimentation contiennent en annexe une attestation du niveau A2)

- les cinq activités langagières sont prises en compte pour l’attestation du niveau A2

- Avec cette note, il y a, en annexe 1, une grille de référence pour que les professeurs conçoivent leur évaluation. Cette grille n’est pas la même que celle des programmes, que celle mise en ligne sur le site Eduscol.
Nous avons fait remarquer que la multiplication de ces grilles allait encore accabler davantage nos collègues !

Ce qu’elle ne contient pas :
- la référence à la note 1O
- la référence au jury
- la précision du nombre d’activités langagières qui permettront d’obtenir le niveau A2
- un cadrage national. Chaque académie va devoir interpréter cette nouvelle note. Comment cette note va t’elle être interprétée dans notre académie ?
(La note de septembre avait été différemment interprétée selon les académies)

Le SNES académique dénonce cette nouvelle note de service qui ne règle pas le problème posé par l’évaluation d’A2 pour le DNB. De plus, il est inadmissible que les collègues de 3e soient contraints d’inventer des outils pour valider A2, validation obligatoire pour obtenir le DNB en 2008 alors que nous sommes à la veille de Noël. Tout cela pour une attestation qui n’a rien à voir avec les certifications réservées aux élèves volontaires des classes européennes selon les dires du ministère lors de l’audience du 5 décembre !


Thérèse Jamet-Madec