Rassenblements dans les Côtes d’Armor

Saint Brieuc : 10h30 Place de la Liberté

Dinan : 10h30 Esplanade de la Resistance

Guingamp : 10h30 Place de l’Echiquier

Lannion : 11h Pariking de La Poste

Paimpol : 10h45 Place du Martray

Dans l’UNITÉ

Après la forte mobilisation du 29 janvier et du 19 mars, les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CGT, CFTC, Cgt FO, FSU, UNSA, Solidaire, considèrent que les mesures annoncées par le gouvernement et le patronat, sont loin des revendications avancées par les organisations syndicales.

Les mesures annoncées sont parcellaires et insuffisantes, pour l’instant ce sont toujours les salariés qui payent la crise, cela est inadmissible.

L’augmentation des Salaires reste bloquée, le Smic ne bouge pas.

Les licenciements dans le privé et les suppressions de postes dans les fonctions publiques continuent… Les effets de la crise économique et financière s’accentuent et accroissent les inquiétudes des salariés. Tandis que la déréglementation du temps de travail et la défiscalisation des heures supplémentaires se poursuivent… La recrudescence des suppressions d’emploi, l’utilisation abusive du chômage partiel, contribuent à amplifier la récession et pèsent lourd sur le pouvoir d’achat qui se dégrade. À cela s’ajoutent l’attitude dogmatique du patronat et son refus d’assumer ses responsabilités.

Face à cette situation, les organisations syndicales appellent tous les travailleurs, les retraités, les jeunes et les privés d’emploi à poursuivre la mobilisation.

Le 1er mai rejoignez les rassemblements et manifestations pour que le mot d’ordre départemental soit porté haut et fort !
Nous ne voulons pas payer la crise ! Imposons d’autres choix !

Les organisations syndicales appellent leurs syndicats et les salariés, les demandeurs d’emploi, les retraités, à faire entendre au gouvernement comme aux responsables patronaux et employeurs leurs revendications :

- défendre l’emploi privé et public ;
- lutter contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales ;
- exiger et construire des politiques de rémunération qui garantissent le pouvoir d’achat des salariés, des chômeurs, des retraités et des jeunes et qui réduisent les inégalités ;
- défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale, des services publics.
- gouvernement et patronat doivent maintenant répondre rapidement, aux revendications posées par les organisations syndicales