Aux collègues CPE de l’Académie de Rennes

Les CPE du SNES, réunis en collectif académique ce jeudi 23 novembre 2006, réaffirment leur opposition totale au principe même de la note de vie scolaire.

En conséquence, ils invitent chaque collègue à ne pas participer à l’élaboration ni à la mise en place de cette note en s’appuyant sur les partenaires enseignants ainsi que les parents d’élèves. Seule une opposition ferme et collective de cette note de conduite, au caractère
subjectif et arbitraire, permettra sa neutralisation et sa disparition à court terme.

Les CPE du SNES.


-Mai 2003 : allongement de la durée des carrières pour la retraite
- Janvier 2006 : décret sur les remplacements courts
- Septembre 2006 : 2 réunions parents profs obligatoires /classe
Quant aux effectifs par classe, ils n’ont pas diminué, bien au contraire, et les réunions de toutes sortes se sont multipliées.
- Depuis 2003, plus de 20000 postes supprimés

Mais pour nos gouvernants, cela ne suffit pas, il faut aller plus loin !
Réduire encore la dépense publique, c’est-à-dire s’attaquer aux services publics, c’est l’orientation constante du gouvernement. L’éducation n’est plus une priorité : les coupes sombres sont donc permises. Mais de l’aveu même du ministère : « impossible de poursuivre ces suppressions sans agir sur la masse salariale des personnels et sans réforme pédagogique majeure"

voici l’appel des orcganisations syndicales du Finistère : SNES - FSU / SNEP - FSU / SDEN - CGT / SUD Education.

Depuis 2002, les différents gouvernements s’acharnent à supprimer des emplois dans l’Education : moins 100 000 d’encadrement éducatif en 4 ans, moins 8 700 d’enseignants du second degré prévus au projet de budget 2007...

Aujourd’hui, étape majeure, le ministère s’attaque aux missions et obligations de service des personnels du second degré. En modifiant le décret de 1950, il veut casser nos statuts qui constituent un obstacle dans sa politique de destruction du service public de l’Education.

Le projet de Robien n’améliorera pas la qualité du service public de l’Education. Il n’élèvera pas le niveau des garanties collectives des personnels.

- La qualification disciplinaire est remise en cause : les enseignants du second degré pourraient enseigner dans des disciplines autres que celle pour laquelle ils ont été formés et recrutés.
- La stabilité des équipes pédagogiques est remise en cause : chaque enseignant pourrait être affecté sur deux ou trois établissement parfois éloignés.

Conséquences : pour les personnels comme pour les élèves, les conditions de travail et d’études seraient considérablement dégradées.

- Le projet acte l’élargissement de nos missions : la loi d’orientation pour l’école impose déjà à tous les enseignants d’intervenir en formation continue des adultes et en apprentissage. Le projet en rajoute en envisageant des missions « d’éducation et de formation autres que l’enseignement ».
- Le projet prévoit à nouveau un allongement du temps de travail en collège et lycée. Alors que le ministère reconnaît lui-même une augmentation du temps de travail réel des enseignants, ceux-ci ont été exclus de toute discussion sur la réduction de leurs obligations de service hebdomadaire.

Pour toutes ces raisons, unitairement, nous exigeons le retrait du projet de décret

Nous exigeons l’ouverture immédiate de négociations sur :
- Les missions des personnels,
- Leurs conditions d’exercice,
- Leur temps de travail avec comme préalable sa diminution,
- La création d’emplois statutaires et la titularisation de tous les précaires

Au delà des enseignants du second degré, tous les personnels titulaires, non titulaires, stagiaires sont concernés par ces dégradations. Cela s’inscrit dans une réforme statutaire d’ampleur de la Fonction Publique d’Etat facilitée par l’outil de déréglementation qu’est la LOLF. Près de 500 000 enseignants (titulaires/non titulaires) sont concernés, soit 23% des agents civils de l’Etat.

Les organisations syndicales signataires de ce texte,
appellent, ensemble, à la mobilisation.

- Circulaire du Finistère
- Tract la coupe est pleine


Temps de travail : l’intersyndicale interpelle à nouveau le ministre

Temps de travail : dossier pour ne pas accepter l’inacceptable

Admission au bénéfice de la cessation progressive d’activité (CPA)

congé formation : campagne ouverte jusqu’au 8 décembre

NOTE DE VIE SCOLAIRE :
Une solution ? Une arnaque supplémentaire ? A VOUS DE JUGER !!!

pétitions

Pour une orientation réellement au service des jeunes !

Remplacements, conditions de travail :
non aux dégradations !
Oui à un service public efficace !

Temps de travail