La possibilité de formuler des vœux plus restreints qu’un département tout en couvrant un nombre d’établissements plus important que le simple vœu « commune » est devenue indispensable pour de nombreux collègues qui veulent se rapprocher de chez eux.

La constitution en 1999 d’un nombre plus important de groupements de communes dans les quatre départements bretons fût un pas de plus vers une meilleure satisfaction de chacun, mais le problème de l’éloignement reste fondamentalement lié aux postes disponibles, donc aux moyens attribués aux établissements.

2005 : à la demande de la FSU, le rectorat refonde les groupes de communes et en augmente le nombre à 34. Ainsi toute commune possédant un établissement scolaire public appartient au moins à un groupe de commune.

Les groupes de communes sont ordonnés : ils sont examinés dans l’ordre des communes indiqués depuis la commune en tête jusqu’à la commune la plus éloignée, le premier poste possible en fonction du barème est attribué





Retour Mouvement intra