Au total 123 collègues CPE, dont 18 entrants dans l’académie, ont participé au mouvement intra-académique. 51 collègues ont obtenu un poste fixe en établissement. Ce bilan exceptionnel par son ampleur cache mal un grand déséquilibre entre les départements. Car si 11 postes étaient vacants dans le 29, seulement 3 l’étaient dans le 35, ce qui était nettement insuffisant au regard des besoins réels des établissements et du nombre de demandeurs de rapprochement de conjoint dans ce département. Nous sommes intervenus à de multiples reprises pour que trois postes bloqués pour des supports stagiaires soient libérés et mis au mouvement. Dès mars, nous avons mis en évidence une première fois ce déséquilibre. Nous avons affiné cette démonstration en mai, puis avons réalisé une simulation de ce qu’aurait été le mouvement si ces trois postes avaient été intégrés au mouvement. Le Rectorat, se cachant derrière la séparation des logiques de gestion financière et de gestion des personnels, ne nous a pas écoutés.
Si notre travail préparatoire a permis de faire corriger une dizaine de situations, de trop nombreuses extensions ont touché des collègues cette année, malgré nos interventions incessantes allant jusqu’à une demande d’arbitrage par le Recteur lui-même pour les situations les plus difficiles.

Révisions d’affectation : 17 demandes de révisions, dont la moitié pour le 35 !

Seuls les élus CPE du SNES-FSU se sont déplacés lors de ce groupe de travail et ont pu exprimer toutes leurs inquiétudes concernant les nombreuses situations de collègues en difficulté (éloignement familial, extension, trajet, situation d’épuisement au travail…) dont certains avaient déposé une demande de priorité au titre de leur handicap.
Là encore, nos alertes ont été ignorées ; à tort ! Notre connaissance des collègues, de la réalité des conditions d’exercice du métier sont une expertise que l’institution gagnerait à mieux écouter dans l’intérêt de tous.

Les barres 2016 : postes fixes
22293556
505,2 80,2 661,2 415,2