Se souvenir, espérer

Respect des règles du mouvement et des élus paritaires (p5),
respect des droits syndicaux (p2) – aujourd’hui, rappeler
l’administration au simple respect des textes est devenu en soi un
acte de résistance.

Face aux discours qui vantent chaque jour le ‘’temps réel’’ , la réactivité, et l’adaptation au présent, cherchant à produire des personnels soumis et sans espoir de changement, le courage de résister ne peut venir que de la capacité à remettre en perspective cette prétendue modernisation de l’Ecole.

Notre syndicalisme est justement porteur d’une telle mémoire – celle des
luttes menées, celle des réflexions sur la place de l’Ecole, nos métiers et sur la formation des maîtres (p.5) – la mémoire de la notion de ‘’service public’’, aussi, née du programme du Conseil National de la Résistance (référendum sur la Poste p 7).

Le Syndicat, rempart très attaqué en ces temps de démolition de la
fonction publique d’Etat. Rempart fragile donc, mais souvent
encore ce qui permet à beaucoup d’espérer des temps meilleurs,
parce qu’il a conservé la mémoire de ce qui a pu être... Accueillir de
nouveaux collègues en début d’année, aider les plus jeunes à
intégrer le métier, débattre avec tous : c’est ce travail au quotidien,
mené par nos militants dans les établissements (p3), qui permet à
beaucoup de se sentir malgré tout encore ‘’bien dans leur peau de
profs ’’.

Le syndicat, lieu de camaraderie aussi, où le lien se fait entre
ceux qui arrivent et ceux qui partent, comme un pont entre passé et
avenir. Entre les deux : transmettre... Notre métier, quoi !

Le secrétariat départemental