L'ÉCOLE PUBLIQUE ET SES PERSONNELS EN ÉTENDARD

« L’école de la confiance » et les débats à l’Assemblée sur le projet de loi Blanquer ont définitivement placé le minis­tre en dehors de la réalité des classes ! Imaginer un seul instant qu’un drapeau, la Marseillaise ou une tenue « correcte » validée par un chef d’établissement pour des enseignants « exem­plaires » seraient profitables à des élèves serrés comme des sardines en classe, montre que ce ministre est tombé à droite, voire un peu plus loin. Le réseau privé catholique a toutes les raisons de s’en féliciter et les avantages pour développer son commerce, comme les subventions publiques désormais obligatoires pour scolariser les élèves dès la maternelle, peuvent, effectivement, lui donner confiance !

Encourager l’apprentissage en entreprise dès 15 ans et dissuader certains élèves de s’engager dans le lycée Blanquer avec un parcours « bac+3, bac-3 » a priori inabordable pour eux contribuera à réduire les effectifs élèves dans le second degré – autant de postes d’enseignants à supprimer d’ici à 2022 – tout en renonçant à corriger les inégalités sociales et territoriales. Le coût social pour demain de ces orientations libérales dans l’éducation est aux antipodes de l’urgence sociale portée par le mouvement des Gilets Jaunes.

La faiblesse des salaires qui accélère le déclassement de nos métiers, les attaques contre l’École publique, les fonctionnaires et les règles du paritarisme qui protègent chacun·e de tout arbitraire politique et administratif entraîneront en mars des mobilisations nationales pour rassembler le plus grand nombre. Le SNES-FSU, première force syndicale dans les collèges et les lycées, est plus que jamais déterminé à résister et à organiser des ripostes diversifiées à mettre en débat dans tous les établissements comme par exemple une démission collective et tonitruante des fonctions de professeur principal. Ni fatalistes, ni défaitistes, haussons le ton pour une autre rentrée 2019 !

Gwénaël LE PAIH, secrétaire général du SNES-FSU Bretagne,
Enseignant de mathématiques, lycée Anita Conti, Bruz,
élu SNES-FSU au CTA et à la CAPA des certifié·es