Samedi 29, mobilisation contre les franchises médicales :
- Rennes 14h place de la mairie
- St Brieuc 10h30 devant la mairie


Lettre au président de la république

Actualité éducation

Contre les franchises mÉdicales, mobilisons nous le 29 septembre !

COUPE SÈCHE ET BROSSE À RELUIRE

Travailler
plus alors que
notre charge de
travail ne cesse
d’augmenter,
de qui se
moque-t-on ?

Le Président de la République, après avoir annoncé
la suppression de 11200 emplois dans
l’Education Nationale, prétend redonner le moral aux
enseignants. Dans le courrier qu’il nous a adressé, il
disserte sur la nécessaire refondation de
l’Ecole !
Le monde à l’envers !

Comment faire avec moins d’enseignants ?
N. Sarkozy a trouvé la solution : moins
d’heures de cours pour les élèves, une rationalisation
de l’offre de formation -comprenons
réduction-, la suppression d’options
voire de disciplines, la suppression d’établissements...
et une augmentation du temps de
travail des enseignants. Il reconnaît l’investissement
important des enseignants en
mettant en avant la nécessité d’une revalorisation du
métier à travers la reconnaissance du mérite individuel,
et applique aux enseignants sa fameuse doctrine
« travailler plus pour gagner plus ». Il s’agit au passage
d’occulter le refus du gouvernement d’ouvrir de véritables
négociations salariales sur la base d’une
notre charge de travail ne cesse d’augmenter (heures
de cours, préparations, corrections, réunions multiples,
nouvelles missions pour les professeurs principaux...),
de qui se moque-t-on ?

A cette logique nous en opposons une autre : définir les objectifs et les missions de l’école au
regard des besoins de la société en terme de
formation et de qualification des jeunes, évaluer
ensuite les moyens pour les atteindre :
programmes, horaires disciplinaires, formation
des enseignants, pratiques pédagogiques,
nombre de postes, postes, rémunérations des
personnels... Les dégradations sont derrière
nous, nous entrons dans une nouvelle ère :
celle de la casse du Service Public d’Education.
Construire une action d’ampleur s’impose. Les
fédérations de l’Education Nationale, la FCPE, les
organisations lycéennes et étudiantes, les mouvements
pédagogiques y travaillent. Engageons le débat
dans les salles des profs et avec l’opinion publique et tenons nous prêts !

Michelle Carmès