Appel de V et H Basch pour défendre Julio

- Mardi 11 mars de midi à 14 heures :
Rassemblement devant la préfecture de Beauregard.

- Mercredi 12 mars à 13 heures :
Rassemblement devant la préfecture de Beauregard.

- Mercredi 12 mars à 14 heures : Manifestation de la préfecture de Beauregard au centre ville (en passant par le rectorat)

Et nous appelons solennellement l’ensemble de nos collègues des autres établissements du bassin rennais et d’ailleurs à nous rejoindre car nous avons cruellement besoin de soutien pour amplifier la mobilisation.

La situation que vit actuellement la communauté de Basch pourrait survenir dans d’autres établissements.

Compte rendu par un enseignant du lycée de la journée du 10 mars

Le Recteur n’a toujours pas pris position pour cet élève arrêté en pleine activité scolaire !

exigeons la libération immédiate de Julio, l’annulation de la procédure d’expulsion le concernant, et son retour immédiat au lycée…


Les PAFistes (policiers de la police de l’air et des frontières) arrêtent un lycéen en pleine activité scolaire et le Recteur n’a toujours pas pris position. Julio est toujours privé de liberté d’étudier


Du jamais vu dans l’Académie !

Les Conseils d’Administration des collèges et lycées publics de l’Académie se sont réunis ces derniers jours.

Partout le constat est le même : diminution importante ou insuffisance des moyens entraînant suppressions de postes et augmentation des heures supplémentaires, aggravation des conditions de travail des personnels, aggravation des conditions d’étude pour nos élèves.

Face à cette situation, parents et enseignants se mobilisent pour dénoncer la politique ministérielle qui n’a comme autre logique qu’une logique comptable c’est-à-dire de diminuer la dépense publique.

Dans la quasi-totalité des établissements de l’Académie, les DGH sont refusées à une très large majorité. Des pétitions contre les heures supplémentaires se signent quasiment dans tous les établissements. Le Rectorat est en alerte car en l’état actuel, les heures supplémentaires ne peuvent être absorbées, des enseignements obligatoires ne seront pas assurés à la rentrée 2008.

Les syndicats du 2nd degré de la FSU (SNEP, SNEP, SNUEP) appellent à poursuivre ces actions locales. Ils invitent les personnels à participer à une action le mardi 11 mars : dans tous les établissements, les enseignants prendront des initiatives diverses (occupation, blocage, conférence de presse, expression publique, manifestation, rassemblement d’établissements…)

L’objectif est d’obtenir l’annulation des heures supplémentaires et le maintien des postes dans les établissements.

Le secrétariat académique


Communiqué de presse pour Julio

Julio, élève du Lycée Victor et Hélène Basch à Rennes, revenant
d’une sortie pédagogique, est soumis le 4 mars 2008 , comme plusieurs
de ses camarades de couleur , à un contrôle d’identité par la Police Aux Frontières. Les
policiers contestent l’authenticité de ses documents , plus
particulièrement sa minorité, l’arrêtent, lui font subir un examen
osseux (dont la validité est très discutable) qui conclut à sa majorité.
Julio est mis alors en rétention pour pouvoir être expulsé, puisque la
préfecture a émis un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière.

Nous, syndicats, fédération de parents d’élèves signataires de ce
communiqué, soutenons la communauté éducative du Lycée Victor et Hélène Basch à Rennes qui , spontanément, a protesté et manifesté contre ce scandale.

Nous demandons la régularisation de Julio puisque cette situation est
emblématique de ce que nous refusons catégoriquement :

1- Nous n’admettons pas les contrôles systématiques d’identité qui visent tout particulièrement une origine étrangère à partir de la couleur de la
peau. Nous trouvons spécialement inique la suspicion de majorité selon
la simple apparence physique et rappelons le caractère douteux des
examens osseux alors qu’il est admis que la marge d’erreur est de plus ou moins deux ans...alors examiner un enfant de 16 ans et affirmer qu’il a
18ans ?

2- Nous refusons que des collégiens ou des lycéens soient inquiétés lors
des sorties ou voyages organisés par la communauté éducative : cela
serait une entrave à tout projet éducatif en dehors des établissements.
Comme nous refuserions aussi tout contrôle aux abords de nos
établissements...

3- Nous réitérons avec une conviction inébranlable que nous sommes des membres de communauté éducative qui ont la grande conscience de leur mission et n’admettront pas l’arrestation, la rétention et l’expulsion
des élèves sous le simple prétexte qu’ils sont étrangers ; nous n’admettrons pas de les considérer comme des délinquants parce qu’ils
seraient seulement en situation irrégulière. Nous le devons à nous-mêmes et à tous les enfants que notre communauté a la responsabilité d’éduquer."

CNT35, FCPE35, FSU35, FEP-CFDT
avec le soutien du SLB/skol-veur et de l’UNEF35


Sauvegardons la laïcité de la République

Texte qui a été initié et signé en particulier par le SNES et la FSU désormais en ligne et qui peut être signé par tous individuellement. En réponse aux atteintes à la laïcité portée par « celui dont on ne doit plus prononcer le nom » lors de ses discours de Latran et de Ryad en particulier.

Signer la pétition