10 avril 2006

Carrière et mutations

Pour le droit de chacun à accéder en fin de carrière à la hors-classe

Avec les promotions 2005, le ministre a remis en cause le droit de
chacun à accéder à la hors classe de son corps en fin de carrière.
Il installe partout l’inégalité - entre les académies, entre les disciplines,
entre les établissements - excluant au nom du « mérite »
et d’avis arbitraires des milliers de collègues de l’accès à la hors
classe et de l’amélioration indiciaire correspondante. Pour les promotions
2006, il en généralise les modalités aux agrégés.
Nous demandons, pour tous les collègues terminant leur carrière,
l’accès à l’indice correspondant au dernier échelon de la hors
classe, seule véritable revalorisation de nos professions.

Dans la perspective d’une négociation pour améliorer nos carrières
dans toutes leurs dimensions, nous demandons pour l’accès à la
hors-classe :

- le rétablissement de critères communs à tous traduits
dans un barème national fondé sur l’ancienneté de carrière,
ce qui implique de nouvelles notes de service ;
- l’augmentation des possibilités de promotion pour assurer la
promotion sans délai de ceux qui ont atteint l’ancienneté requise
pour accéder aux échelons terminaux.

Dans l’immédiat
- nous demandons que tous les collègues au 11e échelon et
ayant l’ancienneté requise dans celui-ci pour accéder aux indices terminaux de la hors classe puissent prétendre à une nomination et ne soient pas exclus a priori par leur mode d’accès au 11e échelon, par les avis de l’inspection et des chefs d’établissement. Aucun collègue ayant achevé sa carrière en classe normale ne saurait être exclu de l’accès à la hors-classe ;
- nous exigeons notamment que l’ancienneté de carrière soit, avec la notation, l’élément déterminant dans l’établissement de tous
les tableaux d’avancement.