Sommaire :

- Edito, p.1
- Les « emplois vie scolaire » kezako ? , p. 2
- Les textes de référence pour les EVS, p. 2
- Mi-Se, Asen, Evs,
c’est toujours plus de précarité... p. 3
- S’organiser, p. 4

EDITO

En mars 2006, le rectorat annonçait la suppression de 120 équivalents temps plein en surveillance (Mi-Se et Asen). En même temps, il nous faisait part de la création d’Emplois Vie Scolaires (EVS) sur l’académie.

Contre la suppression des postes d’Assistants d’éducation et le recours aux EVS (dont le statut est encore plus précaire que celui des assistants d’éducation), nous avons réagi par des rassemblements. Nous avons faits signer des pétitions. Une grande majorité des CA ont voté contre l’embauche des EVS.

Devant notre mobilisation, le rectorat a fini par réduire le nombre de postes d’Asen supprimés de 120 à 80. Mais des licenciements inadmissibles devaient tout de même avoir lieux et à aucun moment il n’a voulu céder concernant la mise en place des EVS.

Par conséquent, il ne fallait pas s’étonner qu’à la rentrée, les problèmes que l’on craignait soient présents.
D’une part, des assistants d’éducation ont été contraints de passer d’un plein-temps à un mi-temps quand ils n’ont pas été mis tout simplement au chômage.

D’autre part, les « vies scolaires » se sont retrouvées pour la plupart totalement destructurées, en sous effectif et avec une surcharge nette de travail. Dans certains établissements, faute d’un nombre suffisant de surveillants, la présence dans la cour, dans les couloirs ou au self est limitée, les études du soir et les permanences ne sont même plus effectuées, les foyers des élèves ne sont plus ouverts, et il s’avère difficile d’assurer l’encadrement des sorties scolaires et des activités pédagogiques.

Face à cela, nous ne devons pas nous résigner. Il nous faut continuer à refuser la mise en place des Emplois Vie Scolaire dans nos établissements. Il faut nous mobiliser car il y a d’autres alternatives en matière de surveillance qui conjuguent l’aide aux étudiants qui en ont besoin et l’amélioration de l’encadrement éducatif dans les collèges et lycées : le recrutement massif d’étudiants-surveillants sous le statut des Mi-Se, avec revalorisation de leurs missions et transparence d’un recrutement rectoral sur critères sociaux. Tous les assistants d’éducation étudiants doivent passer sous le régime statutaire Mi-Se. Quant à ceux non-étudiants, ils ont révélé des besoins spécifiques dans leurs établissements qui nécessitent dès à présent de vrais emplois statutaires. Dans le 35, nous appelons à la création d’un collectif vie scolaire, le mercredi 18 octobre à 14h30 dans les locaux de la FSU, 9 av. chardonnet, 35000 Rennes. Nous ferons très prochainement de même dans les autres départements de l’académie et nous n’oublierons pas alors de vous informer des heures et dates de réunion !!

Pour le secteur surveillants,

Pascal GRIMALDI
Michel HELAUDAIS