20 décembre 2007

Actualité académique

Audience au rectorat de Rennes du 19 décembre sur le DNB

- Présents : Mr Fontaine, IPR d’Anglais ; Mr Paturel, IPR d’allemand
- Pour le SNES : Morgane Petiteau, Vincent Plé, Brigitte Brun, Patricia Laborie, Thérèse Jamet-Madec

Cette audience portait sur l’évaluation A2 nécessaire à l’obtention du Brevet. Nous avons rapporté les inquiétudes et les questionnements des collègues de langues vivantes de 3e.

Quelles réponses avons- nous obtenu ?

C’est sur une note qui va être prochainement publiée au BO que se sont basés les IPR de l’académie de Rennes pour élaborer une circulaire académique cadrant l’évaluation A2. Cette circulaire sera envoyée ces jours-ci aux chefs d’établissements qui devront la communiquer à tous les collègues enseignant les LV en 3e. Soyez donc vigilants !

En bref, quel sera le contenu de cette circulaire ?
Il y a distinction entre le contrôle continu qui concerne les deux langues vivantes et l’évaluation A2 qui ne concerne qu’une langue choisie par l’élève. Le choix de cette langue qui devait se faire avant le 10 janvier est reporté au 25 janvier.

Dans les deux cas, les enseignants doivent évaluer les cinq activités langagières.

Les IPR considèrent que le premier trimestre ne sera pas pris en compte, étant donné les informations tardives.
L’élève devra être évalué à deux reprises au moins dans chacune des activités avant l’évaluation finale d’A2.
Les grilles de référence qui seront publiées en annexe 1 au BO doivent servir à construire les évaluations.

Chaque activité langagière devra être validée sur un document qui servira à attester que l’élève a atteint ou non le niveau A2.

Pour les élèves qui n’auraient pas atteint le niveau A2 dans les 5 activités langagières, il y aura un examen de leur dossier (notes mais aussi difficultés éventuellement rencontrées) par un jury départemental.

A noter aussi qu’un courrier sera envoyé aux parents pour leur expliquer cette nouvelle modalité du DNB.

Quelques remarques :

Malgré notre insistance sur les difficultés auxquelles sont confrontés les collègues sur le terrain, les IPR n’ont pas voulu s’engager à leur fournir des annales zéro. Les enseignants devront donc construire leurs évaluations seul ou en équipe. Nous incitons les collègues à demander des heures de concertation.

En ce qui concerne l’évaluation de l’expression qui sera la plus problématique, il sera possible de demander des demi-journées banalisées. Hélas, pas de grille proposée contrairement à ce qui s’est passé pour l’évaluation de cette activité langagière au bac STG. C’est inadmissible.

Nous avons abordé le problème de la formation des collègues indigente pour l’instant Les IPR ont reconnu la nécessité de cette formation.
En attendant, ce sont les collègues qui seront confrontés aux difficultés que constitue cette évaluation du niveau A2 pour le brevet 2OO8.
Nous avons dénoncé tant au niveau national qu’académique les conditions déplorables dans lesquelles se met en place cette nouvelle modalité du DNB.

Pour le SNES Académique, Thérèse Jamet-Madec