25 janvier 2006

Actualité académique

CTPA du 19 janvier : Rentrée 2006, toujours moins !

Une double présentation des éléments de la rentrée 2006 a été faite.
Comme l’impose la Loi Organique relative aux Lois de Finances
(LOLF), le Recteur, responsable du Budget Opérationnel de Programmes (BOP)
académique doit présenter le budget de l’académie en fonction de missions
regroupées par programme.
Cette présentation “LOLFÉE” s’accompagne pour quelques années
encore d’une présentation CLASSIQUE dans laquelle le budget est présenté en
Equivalents Temps Pleins (ETP) ; leur ventilation est aussi portée à la connaissance
des représentants des personnels.

Programme “Second degré”

Le recteur comme son prédécesseur
veut avant tout faire baisser
les taux de redoublement. Le Projet
Personnel de Réussite Educative
(PPRE) est présenté comme une
solution miracle dans le cadre de l’individualisation
des parcours scolaires.
Il s’adresse aux élèves en difficulté,
focalise sur les seules disciplines du
socle commun de connaissances
(d’ailleurs non encore défini !), en privant
ces élèves d’une partie des autres
disciplines L’école à plusieurs
vitesses est bien en marche avec un
renoncement à peine voilé pour une
partie de nos élèves, bien souvent les
élèves issus de familles défavorisées.
Ce dispositif est financé par redéploiements.
Pour financer les PPRE comme les
collèges "Ambition réussite" le ministère
retire ½ heure en 5e et en
4e sur l’heure à disposition des
équipes dans la dotation horaire de
ces classes.
L’attribution des moyens se fera sur la
base de projets. Il y a fort à parier que
ce seront des HSE.
"Ambition réussite" (voir US mag)
ou la fin programmée de l’éducation
prioritaire.
Même si le recteur s’en défend, l’objectif
est bien de rayer de la carte de
l’éducation prioritaire nombre des établissements
ZEP. Très bizarrement
d’ailleurs le Ministre et le recteur ne
parlent que des EP1 (éducation prioritaire
de niveau 1) et refuse de dire
que les EP3 sortiront d’ici 3 ans.
Pour déterminer les établissements
EP1, faussement appelés "ambition
réussite" le ministère fixe arbitrairement
un taux de Catégories Socio
Professionnelles (CSP) dévaforisées
à 67% et plus, et un retard scolaire de
2 ans en 6e à 10% et étudie la
situation des établissements ZEP et
REP en fonction de ces critères. Sort
donc une liste de 164 collèges les
"ambition réussite" à laquelle s’ajoute
un contingent supplémentaire de 56
collèges déterminé sur la base des
taux de RMI et de chômage par académie.
Notre académie compte depuis 1999,
20 collèges classés ZEP (en zone
urbaine) et REP (en zone rurale).
Au vu des critères cités plus haut, et
des caractéristiques socio économiques
de la Bretagne on comprend
aisément que seul 2 collèges émargeront
au titre de "ambition réussite".
La liste ministérielle n’est pas encore
arrêtée officiellement ; cependant
dans les documents du CTPA apparaissent
les collèges Surcouf et le
Coutaller. Le nom du collège de
Rohan a circulé. Ce collège figurait
dans la liste du ministère : 71% de
CSP dévaforisés et 11% de plus de
2ans de retard en 6e mais en
valeur absolue cela ne représente
que 4 élèves.

Langues Vivantes
- Le Recteur se félicite de la politique LV de l’académie
en mettant en avant la carte des LV et le développement
des classes bilangues en collège.
Il a convenu que le Conseil Académique des
Langues Vivantes (CALV) reviendrait en février sur
les déséquilibres de la carte des Langues Vivantes.
Après le bricolage de la rentrée sur l’allègement des
groupes de terminales, Mme Garçon, en réponse au
SNES, a précisé que les DGH 2006 des lycées
avaient été calculées sur la base de classes de LV1
à 20 élèves sur la totalité de l’horaire et ce en LGT
et en LP. On ne peut être plus claire !
La mise en place des groupes de compétences n’est
pas une obligation (BO août 2005).

Le remplacement :
Protocoles ou pas (c’est donc qu’il y a encore des
établissements qui n’en ont pas !) le Recteur nous a
dit que le remplacement court dans l’académie continuait
comme par le passé. Dont acte.
Prenant appui sur ces propos, rappelant notre opposition
au décret, nous avons proposé que le recteur,
chef de BOP utilise les 94 ETP attribués par le ministère
pour le remplacement de courte durée pour
améliorer les taux d’encadrement et le Plan
d’Evolution des Formations (PEF).
Un vœu proposé en ce sens par la parité syndicale
a été adopté, la parité administrative refusant de
prendre part au vote.
C’est un point d’appui supplémentaire pour résister
aux remplacements et pour s’opposer aux suppressions
de postes dans les établissements. Au passage
nous avons demandé au recteur de rappeler
aux chefs d’établissements sa circulaire sur le
recours au seul volontariat. Dans un certain
nombre d’établissements, visiblement,
Principaux et proviseurs ne comprennent pas
cette notion et exercent des pressions inadmissibles sur les collègues !!

Programme “Vie de l’élève”

Le rectorat reconnaît avoir pratiqué un coup de force fin décembre en n’autorisant pas le recrutement d’ASEN
- comme cela se faisant auparavant - lorsqu’un MISE était mis en fin de délégation.
Nous avons dénoncé cette méthode qui a conduit à recalculer le potentiel de surveillance en cours d’année
scolaire entraînant des redéploiements et une réorganisation de la vie scolaire dans certains établissements.
Ce faisant et en utilisant une possibilité de fongibilité offerte par la LOLF, le rectorat a fait le choix de transformer
des supports MISE en support CPE.
Dans le groupe de travail de février nous exigerons une mise à plat de la situation de la surveillance dans tous
les établissements car même si la création de postes de CPE est une bonne chose nous ne pourrions accepter
que ce soit au prix d’une dégradation du potentiel de surveillance.
Dans ce même GT seront étudiées les implantations des postes de CPE.
Nous avons demandé et obtenu que ces postes soient mis au mouvement inter et intra académiques.

Plus de 110 postes ponctionnés sur les DGH !

Le ministère retire à l’académie de Rennes 68 ETP
(1 Equivalent temps Plein = environ 18 heures de
cours) pour la rentrée 2006. Ce nouveau retrait s’ajoute
aux 1072 ETP supprimés entre les rentrées
2001 et 2005.

La ventilation des DGH dans les établissements est la suivante :

Etbtotal
Lycées -28
LP -22
Collèges -97
Collèges "Ambition réussite" +6
Plan d’Evolution des Formations +30
Bilan pour les DGH -111 ETP

La ponction dans les établissements est supérieure
aux 68 ETP retirés ; les collèges, lycées et LP perdent
en fait 111 ETP : la différence sert à "financer" des
besoins hors DGH.
Les 30 ETP attribués au PEF ne suffisent pas (il en
faudrait 45 au minimum) à honorer les propres projets
du rectorat, qui remet donc à plus tard des ouvertures
de sections qui auraient dû se faire à la rentrée 2006
(ex 1re SMS au lycée Maupertuis de Saint-Malo) ;
ces 3O ETP iront essentiellement aux LP et, dans une
moindre mesure, aux lycées (peu d’ouvertures).

Attention !
61199 heures, soient 94,4 ETP sont destinés aux
"remplacements de Robien" que nous refusons. Lors
du CTPA, l’ensemble des organisations syndicales a
voté un vœu demandant que ces 94,4 ETP soient
ventilés dans les DGH pour améliorer les taux d’encadrement,
et permettre les ouvertures pour l’instant
remises à plus tard. Limiter les dégradations à la rentrée
2006, en continuant à s’opposer au dispositif de
Robien, voilà l’objectif.

des ouvertures de sections remises à plus tard !

Trois projets sont pour l’instant remis à plus tard
(rentrées 2007 ou 2008), faute de moyens : 1re
SMS à Saint-Malo Maupertuis, classe préparatoire
aux concours paramédicaux à Kerraoul Paimpol,
option arts du cirque à Rennes-Bréquigny. Nos
interventions ont contraint le rectorat à annuler deux
projets de fermetures : BTS Comptabilité et gestion
à Guingamp et STI Génie mécanique à Chaptal
Saint-Brieuc.
Pour le détail des fermetures et des ouvertures, voir
bientôt sur ce site, le détail du Plan d’Evolution des
Formations pour la rentrée 2006.