25 janvier 2006

Actualité académique

Des décisions catastrophiques pour l’avenir

Budget, moyens et recrutements

1383 emplois de titulaires + 1350 supports de stagiaires (soit 450 emplois)
+ 2083 emplois de contractuels = 4500 suppressions au niveau national
Dans l’académie, le rectorat travaille sur une base de 100 emplois en moins (en
solde) à laquelle s’ajoute bien sûr le dépassement budgétaire de 200 emplois
non encore résorbé. Des difficultés encore à l’horizon dans nos établissements
et une nouvelle vague de chômeurs chez les non titulaires !
En parallèle, le ministère annonce les recrutements : 12 000 pour des besoins
estimés à 17 300 ! Une baisse de 30% avec des pics chez les CPE et les profs
d’EPS (-50%) et chez les COPsy, ce qui laisse présager de nouvelles suppressions
d’emplois aux budgets 2007 et 2008. Dans 2 ans, seul 1 départ à la retraite
sur 5 sera remplacé chez les COPsy (www.snes.edu pour chiffres et analyses).
Ces choix budgétaires sont à mettre en relation avec la politique éducative,
la redéfinition de nos missions et le recours à d’autres catégories de personnels
comme les assistants pédagogiques.

Politique éducative

- 
ZEP :
De Robien défenseur de l’éducation
prioritaire, qui l’eût cru ? Sur
les 1000 établissements ZEP, il n’en
reste plus que 200. Pour l’Académie,
un seul établissement « ambition réussite »
 : ROHAN (56). Les moyens
seront répartis dorénavant sur les
mêmes bases pour tous les collèges
(zep ou pas), les EP1 recevront des
moyens en plus (les 1000 profs expérimentés)
financés par le retrait
d’une ½ h en 5e et en 4e (les
DGH qui arrivent en tiennent
compte !), les EP2 recevront des
moyens s’il en reste, quant aux EP3,
ils sortiront du dispositif dans un délai
de 3 ans. Contractualisation et déréglementation
sont aussi au programme.
(EP1, 2 ou 3 : étab. prioritaire cat
1, 2 ou 3)

- Bivalence : supprimée par Monory
en 1986, elle revient non pour des
raisons pédagogiques mais bien pour
des raisons uniquement comptables.
Ajustement des DGH, remplacements
de courte durée, tout est dit.
Les mentions complémentaires au
CAPES dès 2005, c’était prémonitoire !

- Orientation : recrutements, rapports
Tharin et de l’IG, c’est la fin programmée
d’un service public d’orientation.
D’ailleurs les officines privées ont
compris, elles sont déjà sur le marché.
(cf salon de l’étudiant à Rennes)

- Remplacements courts : même si la
circulaire du Recteur tentait de déminer
le terrain, les tentatives des chefs
d’établissements d’imposer le remplacement
existent bel et bien. Notre
académie, au premier trimestre, avait
la palme d’or de la résistance. Il faut
poursuivre. Un préavis de grève
permanent a été déposé au niveau
national pour couvrir les initiatives
locales.

- Langues vivantes :
les réunions de bassin pour
la mise en place des groupes de compétences, les
nouvelles formes d’évaluation et notamment les
épreuves en contrôle continu en STG inquiètent à
juste titre les collègues. Nous y reviendrons dans
notre prochaine publication.

- Gestion des personnels : rien de bon dans le BO
hors classe du 22/12. Nous intervenons auprès du
recteur qui s’est engagé dès septembre à rouvrir le
dossier.

- CDD/CDI pour les non-titulaires : Le SNES sera
attentif à l’application que compte faire notre académie
de cette nouvelle directive. Les contractuels
pourraient se voir proposer des CDD dont le renouvellement
ne pourrait pas dépasser 6 ans, l’employeur
public devant au terme de ces renouvellements
proposer un CDI. Non content de porter
atteinte au statut de fonctionnaire en créant un nouveau
type d’emplois permanents d’agents non titulaires
de l’Etat, ce texte ne garantit absolument pas une
résorption de la précarité : le CDI n’assure ni la
garantie de l’emploi, ni la titularisation.

- MGI : le gouvernement parle de lutte contre l’échec
mais n’hésite pas à casser la mission générale d’insertion.
Les personnels contractuels de la MGI (et
des GRETA) n’ont pas accès au CDI et risquent de
se retrouver au chômage. Au niveau académique, le
rectorat traine les pieds pour accorder à ces collègues
la revalorisation que nous avions obtenue pour
les non-titulaires en 2004. Une journée nationale d’action est prévue le 26 janvier.