Des profs d’histoire géo lancent un appel à signatures pour inciter le journal Le Monde à publier en page débat l’Appel des personnalités de la Résistance, rendu public le 8 mars 2004. Le SNES-Bretagne se fait le relai de cette démarche à la demande de l’un de ses deux initiateurs. Vous trouverez donc une lettre des initiateurs de cet appel, l’appel à signatures adressé au Monde et ses premières signatures, le texte de l’Appel des Résistants du 8 mars 2004 et enfin un premier courrier adressé au Monde le 8 avril par l’un des auteurs.

APPEL URGENT AUX PROFESSEURS D’HISTOIRE-GEO, A PROPOS DU ’’MONDE’’

Chers collègues profs d’histoire,
et attachés aux idéaux démocratiques et sociaux de la Résistance (1940-1945),

Nous vous demandons de bien vouloir signer par internet la lettre ouverte aux dirigeants du journal Le Monde, qui sera expédiée dans la première moitié du mois de mai 2004 (voir le texte plus bas).
Il s’agit d’inciter ce journal de référence à publier en page débat l’Appel des personnalités de la Résistance, rendu public le 8 mars 2004, et d’annoncer que certains d’entre nous iront s’il le faut jusqu’à se présenter physiquement devant le siège de ce journal, pour y distribuer des exemplaires de ce texte important.

Cette interpellation au quotidien Le Monde est destinée, dans un premier temps, aux signatures de professeurs enseignant l’histoire-géo en lycées, collèges, et lycées d’enseignement professionnel, afin de lui donner un caractère symbolique.
(Mais on pourra envisager ensuite que d’autres corporations et groupes sociaux puissent s’associer avec leurs expressions propres à l’Appel des Résistants du 8 mars 2004. Dans cette attente n’hésitez pas à rediffuser tout de suite cette proposition de signature à vos amis, collègues et parents qui sont profs d’Histoire !)

Vous pouvez bien entendu signer ce texte même si vous n’êtes pas forcément personnellement disponible pour la distribution prévue devant le siège du Monde.
Pour info, cette distribution symbolique et non-violente est prévue pour la semaine anniversaire de la première réunion du CNR, soit précisément le mardi 25 mai 2004 à 11h30, 21 bis rue Claude-Bernard à Paris. Si nécessaire, vous serez avisé des changements pratiques de dernière minute par votre adresse internet.

Pour signer l’appel ci-dessous, vous envoyer simplement à l’adresse suivante, luc.douillard@libertysurf.fr le texte :

Je signe la lettre ouverte ’’Cher Colombani’’ des profs d’histoire-géo

puis vous indiquez :
- Prénom, Nom professeur d¹histoire-géo (éventuellement avec le français si vous êtes en LP)
- à : nom de la ville, n° de département.
- N’oubliez pas de nous joindre votre adresse internet, qui elle, ne sera pas rendue publique.

Nous lirons avec intérêt vos suggestions pour la suite de cette initiative.

Merci pour votre soutien pratique à cette initiative symbolique, mais importante,
bien cordialement,

VOS COLLEGUES : LUC DOUILLARD <luc.douillard@libertysurf.fr> , ET MICHEL GICQUEL ,
respectivement enseignants en Lettres-histoire à Nantes et en Histoire à Rennes

Appel à signature

Cher Colombani, Cher Plenel,

Vers le 8 mai 2004,

Avant toute chose, sachez que nous respectons votre droit à ne pas publier en pages "Débats" l’Appel collectif des personnalités de la Résistance et de la France libre, rendu public le 8 mars dernier.

En effet, la liberté totale des choix éditoriaux est un élément constitutif de toute liberté de conscience et d’expression. Trop de Résistants sont morts, entre autres, pour un idéal de presse délivrée du poids de l¹argent et de la corruption, pour que nous ne puissions, nous aussi, défendre aujourd¹hui votre droit inaliénable de responsables du journal Le Monde à ne pas publier un texte, même s’il provient de la Résistance.

Pour autant, la liberté n’est rien sans la responsabilité et le dialogue exigeant. Pour être lecteurs attentifs du Monde et en recommander la lecture à nos élèves, nous ne sommes pas seulement de simples consommateurs de presse, mais également les modestes co-responsables des valeurs de votre titre, au sein de cette petite république et de La dialectique qu’est chaque rencontre d’une rédaction et de son lectorat.

C’est la raison pour laquelle,
- en tant que citoyens,
- en tant que lecteurs fidèles du Monde,
- mais aussi comme éducateurs enseignant notamment l’histoire et l’instruction civique,
nous ne pouvons que nous élever avec force contre le tabou singulier qui pèse, au sein des élites françaises des temps présents, sur la mémoire et l¹esprit de la Résistance anti-nazie de 1940-1945, et notamment à propos de l’oeuvre considérable aussi bien démocratique, que sociale et économique, de la Libération.

Citoyens, lecteurs du ’’Monde’’ et professeurs de l’éducation nationale, nous serons donc présents sur la voie publique,
- devant le siège du Monde, 21 bis rue Claude-Bernard à Paris,
- dans les jours du prochain anniversaire de la première réunion du Conseil national de la Résistance, tenue sous la présidence de Jean Moulin le 27 mai 1943,
- afin de distribuer aux passants des exemplaires de cet Appel des Résistants que votre journal n’a pas encore publié.

Dans cette attente, nous vous prions de croire en notre profond respect dans les valeurs du Monde d’Hubert Beuve-Méry, et restons à votre disposition pour toute rencontre.

Premiers signataires

Liste mise à jour 4 mai 2003, répartie par profession
(et par départements pour les professeurs d’histoire-géo).

Professeurs d¹Histoire-Géographie ou de Lettres-Histoire-Géo

06 ALPES MARITIMES
Joel Cristofari, Henriette Tiberti, Alain Tiberti, Laurence Biscarrat (Nice), Pierre Aubry (Antibes)

11 AUDE
Florence Lenoble (Limoux)

13 BOUCHES DU RHONE
Marlène Delfau (Auriol)

17 CHARENTE MARITIME
Gaël Gentric (Saujon)

24 DORDOGNE
Arthur Riela (Bergerac), Jean Rouchaud (Excideuil), Serge La Barbera (Nontron)

32 GERS
Renée Courtiade (Auch)

35 ILE ET VILAINE
Michel Gicquel (Rennes)

44 LOIRE-ATLANTIQUE
Luc Douillard, Renan L¹Heveder (Nantes), Xavier Lardière (Thouaré)

47 LOT ET GARONNE
Christian Molina (Monflanquin)

49 MAINE ET LOIRE
Sébastien Annereau (Avrillé)

69 RHONE
Aimée Mouchet, Arnaud Lemonnier (Lyon)

77 SEINE ET MARNE
Pierre Minnaert (Meaux)

83 VAR
Joël Matesic (Draguignan)

86 VIENNE
Marianne Baratto (Loudun)

93 SEINE SAINT DENIS
Jean Michel Delarbre (Rosny sous Bois), Anne Nguyen (L¹Ile St Denis)

94 VAL DE MARNE
Claudine Fouqueré (Saint-Maur des Fossés)

974 (REUNION)
Fabien Brial (Saint-Denis), Laetitia Marchais (Les Avirons), Eric Merlac, (Saint-Pierre), Emmanuel Besnus (St-Paul), Serge Bouchet, (Tampon)


PROFESSEURS D¹AUTRES DISCIPLINES QUE L¹H-G

PHILOSOPHIE
Marie-Hélène CANTE (67, Strasbourg)

PHYSIQUE
Annick Karsenty (?)

PROFESSEURS DES ECOLES
Cécile Cheze (97, Saint-Denis)

COMMMUNICATION ADMINISTRATIVE ET BUREAUTIQUE
Dominique Vuillaume (2A, Ajaccio)


PARENTS D’ELEVES
Annie Schilovitz (75, Paris)


AUTRES PROFESSIONS

JURISTE
Veronique Delpech (92, Puteaux)

EBENISTE
Mark HOWIE (11 Eperanza)

COMEDIENS
Catherine Lecoq-Vinciguerra (83, Pourcieux), Roland Munter (13, Marseille)

PROFESSION NON PRECISEE
Jean-Marc Pradille (09, Pamiers)

APPEL DES RESISTANTS du 8 mars 2004

Appel à la commémoration du 60e anniversaire
du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944

Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle.

Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et s¦urs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.

Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais :

Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des « féodalités économiques » , droit à la culture et à l’éducation pour tous, presse délivrée de l’argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau « Programme de Résistance » pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.

Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.

Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ».

Signataires : Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey.

Pour info

Première lettre de Luc Douillard au Monde datée du 8 avril

A Colombani du Monde, à propos de la Résistance

jeudi 8 avril 2004 15:57

Cher Colombani,

Il y a juste un mois, le 8 mars, était rendu public un Appel à la commémoration du 60 ème anniversaire du programme social de la Résistance, signé par une douzaine de personnalités parmi les plus grands noms survivants de la France libre.

Nous sommes de plus en plus nombreux à considérer que ce texte revêt une importante particulière, notamment en raison de ses trois recommandations inédites à la société française de l¹an 2004. C¹est à cet égard peut-être le texte-manifeste le plus important jamais formulé depuis ces dernières années.

Malheureusement, vos lecteurs ont jusqu¹à présent été privés du droit d¹en juger sur pièce.

Dans l’après-midi du 8 mars, Stéphane Hessel, ambassadeur de France, et l¹une des plus lumineuses figures de notre époque, téléphonait personnellement aux services du "Monde", afin de recommander que cet Appel des Résistants soit publié dans vos pages débats, comme il est d¹usage dès lors qu¹une déclaration inédite ou un manifeste de quelque envergure puissent présenter un intérêt général pour le débat public, prenant naturellement sa place dans votre journal de référence.

Or, nous sommes très surpris par cette non parution dans "Le Monde", car elle ne peut pas s¹abriter derrière des motifs techniques.

En effet, on ne peut pas reprocher à cet Appel :

  1. d’être collectif (car Le Monde a publié d¹autres déclarations collectives depuis ce 8 mars) ;
  2. d’être trop long, car il est plus court que la plupart des contributions publiées par Le Monde (ne comportant que 500 mots et quelques 3000 caractères) ;
  3. d’être signé par des personnes trop peu connues (car il s’agit quand même des époux Aubrac, de Stéphane Hessel, de Jean-Pierre Vernant l’helléniste, de Daniel Cordier, secrétaire personnel de Jean Moulin, de Maurice Kriegel-Valrimont, héros de la Libération de Paris, de Germaine Tillion, personnalité admirable entre toutes, etc.) ;
  4. de ne plus appartenir à l¹actualité, car la commémoration de la Libération court sur l¹ensemble de ce 60 ème anniversaire de l¹année 1944 et sur les années suivantes qui ont vu l¹application du programme social et démocratique de la Résistance. (Précisons d¹ailleurs que les tout derniers développements de l’actualité politique et électorale française renforcent l’actualité de cet Appel, au lieu de l’effacer.)

Bref, seules des raisons inavouables pourraient s¹opposer à la publication de cet Appel. On a peine à croire que les héros de la Résistance puissent être à nouveau réduits à la clandestinité médiatique soixante ans après leurs engagements de jeunesse.

Certes, cet Appel est exigeant et interpellant. Il faut du courage pour le publier, mais n¹est-ce pas le rôle du "Monde" de Beuve-Méry ?

Dans cette attente, je vous prie de recevoir mes salutations distinguées.

Luc Douillard