3 février 2013

Stagiaires

L’affectation des stagiaires à la rentrée 2013 : un enjeu majeur

La « priorité à l’éducation » annoncée
avec volontarisme par Vincent
Peillon se traduit surtout par une
augmentation du nombre de postes
aux concours et la restauration d’une
formation initiale qui avait été abandonnée
par le gouvernement précédent
entrainant une crise du
recrutement. Plus de 700 postes aux
concours l’an passé sont restés vacants.
Pour surmonter cette difficulté,
le Ministère a mis en place
deux sessions des concours en
2013 : 2013-1(écrits en nov. 2012,
oraux en juin 2013) pour les étudiants
en M2 et 2013-2 (écrits en juin
2013, oraux en juin 2014) pour les
étudiants en M1.

L’académie de Rennes formant traditionnellement
beaucoup de futurs
enseignants, de nombreux jeunes
collègues seront donc présents une
nouvelle fois dans les établissements
à la rentrée prochaine, mais
avec des statuts et des modalités de
service très différents.

Outre les 86 étudiants boursiers (en
Lettres, Mathématiques, Anglais et
Allemand) recrutés en Emplois
d’Avenir Professeur (EAP) pour découvrir
le métier aux côtés de leur tuteur,
l’académie devrait accueillir autour
de 300 professeurs stagiaires à
15h, lauréats des concours 2013-1,
auxquels s’ajouteront les candidats
admissibles au concours 2013-2 qui
se verront proposer un poste de
contractuel à 6 heures payé à mi-temps.
Le Rectorat estime entre 500
et 600 le nombre de ces étudiants en
M1 qui, admis à l’écrit en juin, pourraient
être intéressés par un poste
de contractuel pour commencer à
enseigner avant de passer l’oral du
concours à l’issue de leur année de
M2. Ce sont donc au total plus de
900 jeunes enseignants que les collèges
et les lycées de l’académie
pourraient accueillir à la rentrée. Si
on ne peut que se réjouir d’une entrée
dans le métier plus progressive,
les interrogations restent nombreuses.
L’accueil de ces jeunes collègues est
un enjeu essentiel, mais il va falloir
trouver des « tuteurs » en nombre :
le SNES revendique notamment
une décharge de service pour permettre
aux conseillers pédagogiques
d’encadrer sérieusement les collègues
débutants.

Par ailleurs, pour accueillir ces nouveaux
enseignants, le nombre de
postes à l’Intra et de BMP bloqués
va augmenter devant la nécessité
pour l’administration de trouver des
« grands berceaux » à 15 h et des
« petits berceaux » à 6 h . En ce qui
concerne les contractuels étudiants
M2, susceptibles de refuser une affectation
trop lointaine ou incompatible
avec la poursuite d’études, les
BMP bloqués seront le plus possible
situés à proximité des centres
universitaires : Rennes, Brest, Saint-
Brieuc, Lorient… de manière à rester
attractifs mais renvoyant ainsi les
TZR et les autres contractuels dans
des établissements plus isolés, en
2e ou en 3e couronne… Dans
tous les cas, le calendrier du
concours 2013-2 conduira à ne
connaître que fin juillet le nombre
exact de lauréats susceptibles de
prétendre à un poste de contractuel
à 6 heures payées 9. Les « petits
berceaux » seront donc gelés
jusqu’à cette période, ceux qui ne
trouveraient pas preneurs risquant
de se retrouver transformés en HS
dans les services des collègues à la
rentrée…

Matthieu Mahéo