18 mars 2004

Actualité académique

Les CPE manifestent contre les suppressions de poste...

COMPTE-RENDU DU CONSEIL SYNDICAL EXTRAORDINAIRE CPE DU JEUDI 18 MARS 2004

70 CPE étaient réunis ce matin à l’IUFM de Rennes à l’initiative du SNES pour évoquer les 28 suppressions de postes annoncées par le Rectorat pour la rentrée 2004.

La participation de la secrétaire académique du SNES et celle du responsable national de la catégorie, témoigne de la gravité de la situation.

Une grande partie des collègues présents se sont invités au groupe de travail qui avait lieu au Rectorat l’après-midi à partir de 14h30.

Les collègues présents - dont un grand nombre concerné personnellement par une mesure de carte scolaire - ont questionné l’administration sur les raisons qui l’ont amenée à prendre de telles décisions catastrophiques et inédites.

L’administration qui n’a pas fourni - au cours d’un très bref échange - de véritables réponses au questionnement légitime des collègues, a choisi alors de quitter la salle précipitamment.

En fin d’après-midi nous avons néanmoins obtenu une audience auprès de notre IPR et de la responsable de la DOS.

Aux questions posées, elles ont apporté les réponses suivantes :
- les mesures quantitatives seront tenues pour s’inscrire dans un équilibre purement comptable (les 28 suppressions seront effectives),
- les mesures de cartes ont été prises en fonction de :
— l’effectif des établissements,
— les catégories socio-professionnelles des familles,
— l’importance des problèmes de délinquance recencés,
— la priorité accordée aux collèges et LP au détriment des lycées (ceci n’apparaît pas de manière flagrante dans le document),
- la globalisation par établissement des moyens en vie scolaire (poste de CPE, MI/SE, ASEN...)
- des révisions de carte pourraient être envisagées par étude au cas par cas des situations personnelles (le solde demeurant toujours à - 28). Cela incite donc au marchandage et à la mise en concurrence des établissements,
- par contre, aucune réponse claire quant à l’affectation des collègues perdant leur poste.

Nous avons refusé de rentrer dans cette logique comptable. Quelle urgence y avait-il à
supprimer autant de postes cette année ?

L’action conduite aujourd’hui doit se prolonger dans des initiatives unitaires tant à
l’échelon local que sur le plan académique.

Des manifestations et rassemblements auront lieu en marge des CTPD, du CTPA, ainsi que le mercredi 24 mars après-midi à Brest et à Rennes.

Les Commissaires Paritaires CPE.