11 juin 2005

Sections départementales

Lettre ouverte à Monsieur L’inspecteur d’académie

Copie à :
- Monsieur le Recteur d’Académie,
- Monsieur le Ministre de l’Education Nationale,
- Monsieur le Premier Ministre,
- Monsieur le Président de la République
- Le Télégramme
- Ouest France
- Radio France Bleu Breizh Izel

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Dimanche 29 mai, les Français ont nettement rejeté le projet de loi visant à adopter le Projet de traité Constitutionnel Européen.

Il est clair que ce vote négatif s’explique, non par un rejet de l’Europe, de la construction Européenne, mais par un rejet des politiques anti-sociales menées du fait de l’orientation économique ultra-libérale de cette manière d’envisager la construction européenne.

Pour ce qui concerne le SNES Finistère, nous vous interpellons afin de vous demander de renoncer à appliquer les effets désastreux de la politique gouvernementale de suppressions de postes prévues dans les collèges du Département dont vous avez la charge.

Nous vous demandons donc de porter devant le Monsieur le Recteur la demande de restituer les 70 postes que vous avez été amenés à supprimer dans les collèges du Département, sans oublier la saignée qui a été opérée en Lycée et Lycées professionnels, une ponction de 140 emplois définitifs dans le département du Finistère.

Nous vous demandons également de porter devant le Recteur et le Ministre la demande de renoncer à l’emploi de personnels précaires pour effectuer des tâches permanentes dans la Fonction Publique, et en parallèle de réfléchir au meilleur moyen de permettre la titularisation rapide de tous les précaires travaillant actuellement dans l’Education Nationale mais aussi de tous ceux qui se sont retrouvés au chômage au début de l’année scolaire du fait de la politique de suppression de postes totalement injustifiée qui a été menée dans l’académie depuis désormais plusieurs années, politique dite , pudiquement, ‘plan de retour à l’équilibre’.

Nous n’oublions pas non plus nos collègues TOS dont nous refusons toujours le transfert vers les départements et les régions, car cela bat en brèche la notion d’équipe éducative et cela pourrait être le prélude à une privatisation de certaines activités menées dans les établissements scolaires, voire à un démantèlement de l’Education Nationale.

Enfin nous vous demandons de porter la demande de l’abrogation de la Loi d’Orientation sur l’Education Nationale présentée par le Ministre François Fillon et de réfléchir, dans une concertation réelle, avec, entre autres, les organisations représentantes des personnels et des parents d’élèves, à une loi d’orientation sur l’Education Nationale véritablement progressiste, qui combatte efficacement l’échec scolaire et permette la réussite de tous les élèves en accordant au Ministère de l’Education Nationale les moyens humains et financiers de mener à terme cet objectif.

Quimper le 31 mai 2005,

Pour le SNES Finistère, Pascal Coignec, Secrétaire Départemental.