Lundi 15 mars s’est tenu le CTSD mesure de carte pour l’Ille-et-Vilaine. Il révèle une fois de plus l’insuffisance des moyens alloués pour la rentrée prochaine.

Depuis des semaines, le SNES-FSU dénonce les DGH trop faibles allouées pour la rentrée ainsi que le volume conséquent d’heures supplémentaires au regard des heures postes.

Lors du CTSD, en collège, le SNES a oeuvré pour obtenir des créations de poste et des annulations de CSD que nous jugions abusifs. Nous avons ainsi formulé la demande de 56 créations de poste, de 2 annulations de suppression de poste ainsi que d’un certain nombre de CSD. A l’issue du CTSD, nous avons obtenu la création de 5 postes et l’annulation de 9 CSD abusifs. Le nombre total de créations de postes en collège pour la rentrée prochaine s’élève donc à 9.

Pour le lycée général et technologique, le SNES a demandé 31 créations de poste, 3 annulations de suppression de poste et l’annulation de 5 CSD jugés abusifs en raison du nombre d’heures supplémentaires présentes dans la discipline. Nous avons obtenu la création de 3 postes et l’annulation de 2 CSD. Le bilan pour la rentrée prochaine en lycée est de 7 suppressions de poste au total, ce qui met bien en lumière l’un des objectifs de la réforme des lycées.

Pour le lycée professionnel, des demandes de créations ont également été formulées mais le DASEN n’y a pas répondu positivement. Le bilan pour la rentrée prochaine est de 2 créations de poste.

De manière générale, les représentants de la FSU ont demandé la transformation des heures supplémentaires en heures postes au regard de certaines situations. En effet, dans certains établissements ce ne sont pas moins d’une trentaine d’HS qui devra être absorbé dans une discipline. Ces situations, jugées scandaleuses, ont fait l’objet de demandes spécifiques. Le DASEN n’a pas répondu positivement à ces demandes, à l’exclusion d’un établissement.

Cela est insuffisant et insatisfaisant et c’est pourquoi, en réponse à cette absence de moyens et aux suppressions de poste annoncées, le SNES FSU a voté contre ce projet. Une conférence de presse s’est tenue à l’issue du CTSD afin de dénoncer cette situation. Deux représentants de la FSU à la DSDEN lors de la conférence de presse

Par ailleurs, ce CTSD a permis de mettre au jour une différence de traitement pour les contractuels alternants selon qu’ils soient affectés dans le privé ou dans le public. Il apparaît clairement que dans les établissements privés, les 6h allouées pour ces contractuels-alternants soient en surnuméraire et non prises sur les DGH ! Cela crée donc une iniquité entre les établissements publics, qui doivent prendre sur leur DGH pour attribuer les heures à ces contractuels et les établissements privés, pour qui ces heures sont données en plus de la DGH. Les représentants de la FSU ont clairement fait remonter leur incompréhension et leur désaccord profond avec cette pratique auprès du DASEN.

Vous aussi, dénoncez cette situation et faites-vous entendre lors de la journée de grève du jeudi 25 mars !