25 mars 2019

Observatoire et stages

Compte rendu du GT services breton et gallo – jeudi 21 mars 2019 :

Présents pour l’administration : M. Larzul (nouveau SG-adjoint), Mme Amara (DIVE), Mme Rupain (Dive3), Mme Le Tertre, Mme Sourdin (cheffe DPE5), Mme Berthelot (DPE5) et M. David (Chargé de mission
LR). Représentants des DSDEN 22, 35 et 29.
Présents pour les personnels : pour le SNES-FSU : Marina Nedellec, Christine Trochu – Envel Kervoas - Mathieu André- Yann-Pier Deredel. Représentants SGEN, CGT, UNSA et Sud Education.

Nous avons apporté quelques éléments de réflexion et d’analyse générale avant de rentrer plus en détail dans les documents. Ce sont des réflexions faites à partir des retours de plus en plus importants, ce qui marque une certaine préoccupation des collègues.

Le SNES a pointé plusieurs services qui ne prennent pas en compte les effectifs réels. Au mois de décembre nous avions pourtant fait remarquer que ces prévisions minorées pouvaient avoir des répercussions significatives sur les services des collègues. Nous avons rappelé que l’année dernière suite à ce même GT les enseignants de breton avaient souhaité faire part de leur mécontentement sur la gestion de leurs services jugés trop lourds. Nous avions à l’époque rencontré Mme Benyahia (SG-adjointe) et si nous avons pu exposer nos difficultés et revendications, nous pensions avoir été entendus sur certains points. Un des sujets de friction concerne notamment les compléments de services (CS) qui sont changés sans qu’il n’y ait eu un échange préalable avec les personnes concernées. Nous avons tenu à rappeler que les enseignants de breton ont très souvent un service sur de multiples niveaux allant du collège au lycée passant du bilingue à l’optionnel, bien souvent dans une autre valence et sur plusieurs établissements. 43 collègues se retrouvent sur 2 établissements, 9 sur 3 établissements et 3 sur 4 établissements. Cette superposition d’obligation de services rend le métier très pénible et éprouvant. De surcroît lorsque les collègues s’aperçoivent que leur CS a été changé sans en être informés d’une manière ou d’une autre, ils - elles se sentent légitimement peu considérés et découragés.

M. Larzul sur ce point nous a fait remarquer que dans les autres disciplines ce sont les chefs
d’établissement qui échangent avec les collègues lorsqu’un CS vient à être modifié et que contrairement à
nous ils ne bénéficiaient pas de ce genre de GT. Concernant les services en breton ils essayent de faire pour le mieux et si certains services sont lourds il y a aussi une réalité de service à prendre en compte due à la particularité de la discipline.

Mme Amara nous a répondu que les effectifs seraient réexaminés en juin mais elle restait très réservée sur l’éventualité d’une modification des supports. Il faudra donc être très vigilants et nous faire remonter dès le mois de juin toute augmentation significative des effectifs afin que nous puissions agir le plus tôt possible. Nous avons fait aussi remarquer qu’une grande partie des enseignants de breton, afin de pouvoir continuer à faire leur travail correctement prennent des temps partiels.

Certains collègues se sont mis en effet à temps partiel pour éviter la bivalence mais se retrouvent quand même à travailler sur les deux disciplines. De plus il arrive qu’en breton certains collègues aient un service plus important dans l’autre valence ce qui peut paraître paradoxal. Nous avons rappelé que certains collègues qui n’ont pas enseigné depuis longtemps dans leur seconde valence, voire pour certains jamais, pouvaient être mis en très grande difficulté s’ils étaient amenés à le faire. Nous avons demandé à l’administration s’il y avait une prise en compte de sa part pour qu’un aménagement ou une aide appropriée soit mise en place. Pour l’administration cela est fait afin que les enseignants ne perdent pas la main sur la deuxième discipline. M. David nous a précisé qu’une aide personnalisée était apportée au collègue au cas par cas lorsque cela pouvait s’avérer nécessaire après le passage de l’IPR de la discipline concernée.

Concernant le lycée, nous avons demandé des précisions sur la mise en place de la spécialité LLCE-R. M. David nous a répondu que les programmes de première venaient d’être présentés au CSP mais que rien n’a encore été publié au BO. M. Larzul a ajouté que la mise en place se fera une fois le cadre réglementaire établi. Nous avons fait remarquer que cela allait être maintenant très difficile, voire impossible à mettre en place pour la rentrée 2019.

Nous sommes revenus sur certains supports SPEN restés vacants et avons demandé s’ils avaient avancé dans la réflexion avec le ministère sur une possible modification des types de supports. Nous leur avons proposé de pouvoir transformer ces supports SPEN restés vacants depuis maintenant plusieurs années en SPEA. Enfin nous avons regretté le peu de souplesse concernant le mouvement en breton. Certains supports partagés devraient être résorbés par la montée en force des pôles et être transformés en postes pleins définitifs. Il est plus que temps de donner des perspectives de stabilisation aux collègues. Cette année deux postes seront mis au mouvement et apporteront un peu d’oxygène aux collègues qui cherchent à se stabiliser.

- Deux postes SPEN ont été pourvus au mouvement national :

  • Un poste au collège de Bruz de mathématiques + CS sur autres communes.
  • Un poste au collège de l’ Iroise à Brest d’histoire-géographie + CS sur autres communes.

- 3 postes SPEN sont restés vacants :

  • Un poste d’EPS/breton au collège Le Goffic à Lannion.
  • Un poste de mathématiques/breton au collège « Henri Wallon » à Lanester.
  • Un poste d’arts plastiques au collège « Mescoat » à Landerneau.

- Un poste Spécifique Académique est transformé à Rennes Lycée « Jean Macé » en SPEA breton avec un
complément de service sur autres communes.

- Un poste SPEA à Quimper en histoire-géographie avec CS à Douarnenez sera mis au mouvement.

- 2 implantations de stagiaires sont prévues :

  • Un support au collège de Guipavas.
  • Un support au collège de Bruz.

Les deuxièmes valences n’étant pas encore connues, il se peut que des changements surviennent par la suite. Enfin les ouvertures des filières bilingues sur Séné et Auray sont très incertaines. L’administration s’est montrée plus optimiste concernant Pluneret. Nous avons évoqué la demande importante des familles sur le collège de Baud. L’administration a bien reçu ces demandes mais ne se prononce pas pour l’instant. Encore une fois la rentrée semble compliquée pour bon nombre de collègues. Nous allons répondre personnellement à tous ceux qui se sont adressés directement à nous, n’hésitez pas à réagir à ce compte rendu et tenez-nous informés de votre situation.

Nota bene :
Plusieurs rendez-vous sont à noter dans les semaines à venir. Lors du dernier CALR nous avons obtenu la mise en place de plusieurs groupes de travail. La rectrice a accepté le principe d’un GT sur nos conditions de travail, nous attendons donc sa mise en place. Le 23 avril aura lieu au rectorat un groupe de travail portant sur l’option, nous comptons sur vos retours du terrain et vos observations à ce sujet. Enfin nous participerons en mai à 2 GT sur la révision de la carte des pôles qui a lieu maintenant tous les deux ans. Ce sera l’occasion d’intégrer de nouveaux sites tout en consolidant l’existant. Tout ceci sera bien évidemment validé lors du CALR de juin… donc avec le nouveau recteur (lire https://rennes.snes.edu/le-depart-d...) !


Pour le SNES Yann-Pier Deredel.