19 février 2019

Actualité académique

BILAN DES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES 2018 : LE SNES ET LA FSU MAJORITAIRES !

BILAN DES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES 2018 : LE SNES ET LA FSU MAJORITAIRES (...)

Les élections professionnelles de décembre 2018 ont confirmé la place du SNES et de la FSU comme force syndicale majoritaire, plus de 30 points devant les autres organisations syndicales. Les résultats du SNES dans l’académie sont même en progrès par rapport à 2014, malgré une organisation du scrutin chaotique.

Les élections professionnelles sont un temps fort de la démocratie sociale que le gouvernement cherche à enterrer sous couvert de modernisation. Dans la fonction publique, et en particulier dans l’éducation nationale, les organisations syndicales constituent en effet un contre-pouvoir fort même si les instances de concertations n’ont qu’un rôle consultatif. La transmission des documents relatifs aux effectifs ou au budget de l’académie examinés dans les comités techniques (CT) est un gage de transparence qui permet d’éclairer les orientations de la politique académique pour dénoncer les choix effectués… et informer très largement la profession. Dans les CAPA, le suivi des opérations de carrière permet d’assurer un traitement équitable et d’écarter l’arbitraire. Bien qu’elles n’aient pas de pouvoir décisionnaire, le fait de rendre compte de ses choix devant les élus du personnel est une contrainte forte pour l’administration. C’est pourquoi le gouvernement cherche à diminuer les prérogatives des instances de représentation en réduisant le périmètre des CAPA et en fusionnant les CT et les CHSCT. Ces attaques contre le paritarisme, si elles devaient se confirmer, porteraient directement préjudice à l’ensemble des personnels.

En attendant, le ministère a tout fait pour saboter l’organisation du vote en ayant recours à un prestataire extérieur qui n’a jamais pris la mesure de l’enjeu. Le scrutin électronique en place depuis 2011 doit présenter des garanties, mais son caractère laborieux contribue à démobiliser certains électeurs et à en faire parfois un scrutin capacitaire. Dans les CAPA des enseignants, la participation est désormais de 46,24 % pour les certifiés et 48,72 % pour les agrégés (63 % pour les CPE et 75 % pour les PSYEN)… mais elle dépasse les 86% chez les chefs d’établissements ! Pour favoriser la participation, le SNES demande une matérialisation du vote dans les établissements. En effet, ces élections restent malgré tout déterminantes car elles figent pour 4 ans la représentativité des organisations syndicales et c’est le poids du SNES et de la FSU face à l’administration qui était en jeu. Or le SNES et la FSU en sortent renforcés. Les collègues ont majoritairement fait le choix d’un syndicalisme de transformation sociale qui sait peser sur les décisions dans l’intérêt des élèves et des personnels, d’un syndicalisme qui a toujours préféré expliquer et informer plutôt que de jouer sur les peurs, d’un syndicalisme qui porte la voix des personnels dans l’ensemble des instances pour faire (re)connaître à l’administration la réalité des conditions de travail. Le succès du SNES et de la FSU témoigne de l’attachement des personnels aux valeurs du service public, leur engagement en faveur d’une école plus juste et émancipatrice pour l’ensemble des élèves.

Au CTM, la FSU reste en tête et conserve ses 6 sièges. Dans l’académie, au CTA la FSU progresse de 2 points à 41,85 %, plus de 30 points devant le SGEN-CFDT, FO – qui perd plus de 3 points – l’UNSA, la CGT et SUD qui obtiennent chacun un siège.

Dans les CAPA, la progression du SNES est similaire.

Chez les certifié·s, le SNES progresse et gagne 1 siège avec 11 commissaires paritaires. Cette progression permettra une plus grande efficacité du travail des élus, en particulier au moment des opérations de mouvement en juin et juillet.

Chez les agrégé·es, le SNES progresse de 3,63 points et conserve 6 élus. FO, en baisse de plus de 5 points, perd son siège et n’est plus représenté dans la CAPA des agrégé·es.

En ce qui concerne les CPE, le SNES progresse de 8,35 points et obtient 4 sièges sur 5.

Pour les PSYEN qui votaient pour la seconde fois en deux ans du fait de la création récente du corps unique, la répartition des sièges est inchangée, la FSU gagne des voix et conserve 3 sièges sur 4.

Dans le cadre des CCP non titulaires, la FSU conserve 2 sièges sur 4 chez les personnels enseignants/PSYEN/CPE et gagne un troisième siège sur 6 chez les ASEN et AESH.

L’ensemble de l’équipe du SNES Bretagne est honoré de la confiance renouvelée que les personnels de l’académie lui ont accordée. Elle remercie particulièrement ses adhérents qui se sont mobilisés pour permettre ce travail collectif, essentiel dans le contexte actuel, alors que des réformes menaçant nos métiers et la réussite des élèves se mettent en place et tandis que d’autres touchant les grands équilibres de la fonction publique se profilent. Le signal fort envoyé par les électeurs devra tôt ou tard être entendu par le gouvernement.

Matthieu Mahéo
Enseignant de Lettres Modernes, lycée A. Conti, Bruz,
Élu SNES-FSU au CTA et à la CAPA des certifié·es

Les élections en chiffres et graphiques

Participation
Le tableau suivant présente la participation aux différents scrutins académiques des élections professionnelles à 17h30, heure de clôture des élections.

Scrutinparticipation globale Rappel 2014
CTA 41,24% 43,07%
CAPA Agrégés 48,72% 48,48%
CAPA certifiés - AE 46,24% 48,42%
CAPA CPE 63,33% 67,82%
CAPA Psy - EN 75,60% 70,08% (en 2017)
CCP non titulaires 29,88% 24,26%
CCP ASEN AESH AVS 7,85% 9,95%

Consultez la liste de vos élu.es SNES et FSU

Résultats par scrutin

Comité Technique Académique et sa déclinaison par département, les CTSD :


La Répartition des sièges reste identique à celle de 2014. Si l’équilibre de la répartition des suffrages exprimés se maintient par rapport au scrutin précédent (2014), la FSU progresse cependant de plus de 2 points alors qu’une relative stabilité s’observe pour les autres organisations syndicales sauf FO qui retrouve son score de 2011.

CTSD
Les CAPA


Suite à la répartition des sièges, la FSU aura 4 sièges en classe normale, 1 siège en hors classe et 1 siège en classe exceptionnelle.
Le SNES-FSU conserve le même nombre de sièges mais progresse en voix par rapport à 2014 (3,63% en plus des suffrages exprimés).



Suite à la répartition des sièges, le SNES aura 7 sièges en classe normale, 3 sièges en hors classe et 1 siège en classe exceptionnelle.
Par rapport à 2014 le SNES-FSU gagne 1 siège et presque 2 points des suffrages exprimés



Suite à la répartition des sièges, la FSU aura 2 sièges en classe normale, 1 siège en hors classe et 1 siège en classe exceptionnelle.
Le SNES-FSU garde le même nombre de sièges par rapport à 2014 mais progresse en voix : +8,35 points des suffrages exprimés qui eux ont diminué de 3,5 points



Suite à la répartition des sièges, la FSU aura 2 sièges en classe normale et 1 siège en hors classe
Par rapport à 2017 la FSU (SNES et SNUIPP) conserve le même nombre de sièges et progresse un peu voix mais mais baisse en terme de pourcentage de suffrages exprimés (-4,12%)

Les CCP


Si la FSU progresse en suffrages exprimés (+ 4,13%) par rapport à 2014 et conserve ses 2 sièges



La FSU progresse en voix (+ 40 suffrages exprimés) et en sièges (+1) par rapport à 2014