4 février 2020

SECTIONS DEPARTEMENTALES

Grève administrative : un nouveau moyen d’action ?

Partout dans le département les équipes cherchent des moyens complémentaires de prolonger l’action contre les réformes destructrices du gouvernement. La grève et la manifestation restent les moyens les plus efficaces de maintenir le rapport de force. Pour autant dans quelques collèges (Clotilde Vautier RENNES, Gérard de Nerval VITRE ...) les collègues se sont engagés dans une forme de grève administrative. Voici quelques exemples de modalités d’action choisies dans ces établissements.

Pronote : arrêt de la communication, de la publication des notes ou des compétences, du cahier de texte.
Faire l’appel et tenir le cahier de texte sont des obligations de service même par voie électronique. Cependant des équipes ont décidé de ne publier un cahier de texte qu’à minima (titre de la séquence).
De la même manière nous sommes tenus d’évaluer les élèves et de leur communiquer le résultat de cette évaluation. Cependant rien n’oblige à communiquer ces résultats sur un logiciel au fur et à mesure. Les résultats peuvent n’être communiqués qu’au moment des conseils de classe.

Grève des réunions : Les seules réunions obligatoires sont les conseils de classe, les rencontres parent/professeurs, les conseils d’enseignement. Il est donc possible de décider collectivement de ne pas participer aux conseils pédagogique et école/collège et à toute autre réunion non obligatoire et de communiquer vers les parents et l’administration pour faire comprendre les raisons de ce boycott.

Boycott de la journée porte ouverte : Il s’agit là d’un moment privilégié de rencontre avec les parents et les personnalités locales. Dès lors l’utiliser pour communiquer sur la dégradation des conditions d’accueil et de travail est intéressant. Il s’agit alors de s’organiser collectivement pour en faire un temps fort de mobilisation dans l’établissement.
Dans la plupart des cas c’est un temps de travail pris sur la journée de solidarité. Ne pas participer expose à être considéré comme gréviste.

Ces modalités d’actions peuvent permettre de faire entendre le mécontentement des équipes et de maintenir le rapport de force en dehors des journées nationales d’action. Leur portée sera d’autant plus importante que ces actions seront décidées collectivement et par de nombreuses équipes.

N’hésitez pas à nous faire remonter vos idées d’actions en nous écrivant : snes35@rennes.snes.edu