1er octobre 2019

Sections départementales

Hommage à Christine Renon : ensemble jeudi 3 octobre !


Lundi 23 septembre, notre collègue, Christine Renon, directrice de l’école maternelle Méhul de Pantin est retrouvée morte sur son lieu de travail. Elle s’est jetée de cinq mètres après avoir adressé des lettres à son inspecteur d’académie et à tous les chefs d’établissement de Pantin. La solitude dépeinte ici est inadmissible quand le risque est collectif. En effet, cet événement tragique met en lumière ce que la FSU, par l’intermédiaire de ses syndicats enseignants, dénonce depuis longtemps : l’épuisement au travail, l’incapacité d’assurer un enseignement de qualité aux élèves au quotidien faute de moyens et de temps, la multiplication des réformes qui fragilisent la continuité scolaire et la solidité des apprentissages, les injonctions ministérielles qui multiplient des actions/missions qui ne font plus sens.
Ce drame nous rappelle que, si l’on veut assurer le bien-être de nos élèves, si on veut leur offrir un avenir épanoui, si l’on veut leur donner un socle égalitaire et émancipateur, il nous faut garantir que ceux et celles qui les accompagnent au quotidien, 8h par jour, 10 mois par an jouissent de bonnes conditions de travail.
C’est bien toujours plus fort que l’Ecole crie pour se faire entendre. Pourtant, ô combien assourdissant est le silence dans lequel la mort de Christine Renon a été annoncée : tous les efforts ont été concentrés vers les hommages à Jacques Chirac. L’opinion publique a réagi, choquée ; notre profession en particulier. En effet, le SNUIPP-FSU, le SNES-FSU ainsi que la FSU ont réagi et rédigé des communiqués de soutien à la famille.

Dans ce cadre, nous appelons les personnels à s’associer aux hommages en l’honneur de Christine Renon, ce jeudi 3 octobre : rdv à 17h30 devant la DSDEN, 1 quai Dujardin, à Rennes. Un préavis de grève, déposé par la FSU rend possible toutes les formes de soutien ce jour-là.
Le ministère de l’Éducation nationale doit prendre toute la mesure de la situation de l’école, apporter des réponses urgentes pour un meilleur fonctionnement et garantir la santé, la sécurité et le bien-être au travail de l’ensemble de ses personnels. L’éducation des enfants ne peut faire l’économie du soutien nécessaire à leurs professeurs et au personnel qui prennent soin d’eux.

Gwendoline Lobre