16 septembre 2020

Sections départementales

Le COVID ne doit pas tout déréglementer


Depuis la rentrée, nous avons demandé aux collègues des différents établissements du département de nous faire remonter dans quelles conditions de travail ils exerçaient.
Si le contexte sanitaire est déjà difficile, certains chefs d’établissement ont poussé les protocoles au delà des textes.

Ainsi, la salle des professeurs n’est parfois accessible qu’à une petite dizaine de collègues : des sièges sont supprimés alors qu’en classe nous devons nous entasser à plus de trente dans nos salles de classes.
Les cafetières, bouilloires (matériel appartenant souvent aux enseignants eux-mêmes ou à l’amicale des personnels) ont disparu sous le prétexte de simplifier la désinfection du lieu.
Des salles de travail sont transformées en salles COVID.
Des ordinateurs ont été enlevés en raison de l’existence de ventilateurs...
Les collègues se trouvent ainsi privés de lieux de convivialité, de lieux pour travailler en équipes...
Une discussion doit s’engager collectivement avec l’administration pour rétablir des conditions de travail acceptables.

Du côté pédagogique, le COVID a parfois été le prétexte à une organisation chaotique des enseignements : salles spécifiques non accessibles, absence de matériel dans certaines salles (enceintes, vidéoprojecteurs et même tableau dans certains cas). Il est à rappeler qu’aucun texte ne limite l’utilisation des salles spécifiques, qu’aucun texte n’interdit la circulation des élèves dans les bâtiments... Défendons de bonnes conditions matérielles d’enseignement.

De nouvelles questions se posent quand les premiers cas COVID positifs se déclarent au sein de l’établissement ou quand les cas contacts se multiplient.
Si un ou plusieurs élèves sont absents, quelle qu’en soit la raison, la seule contrainte, à ce jour, est de remplir chaque jour le cahier de texte de chaque classe. Il ne peut nous être demandé d’assurer un cours à distance après le présentiel !
En cas de fermeture d’une classe, aucun texte n’organise, pour le moment, la continuité pédagogique.
D’ailleurs, les élèves sont-ils seulement équipés en informatique ? En collège, le CD35 renouvelle-t-il la dotation d’ordinateurs et de clés 4G dans l’éventualité d’un enseignement à distance nécessaire ?
Si l’enseignant est lui-même en ASA ou en arrêt de travail, il n’a pas à fournir un travail en ligne !
Si le nombre d’adultes absents et non remplacés devient trop important, les problèmes de Vie Scolaire vont se multiplier. Surveillance de la cour, des études, de la cantine, désinfection, autant de tâches qui ne pourront incomber aux personnels présents !
Ne laissons pas le COVID déréglementer notre profession !
Continuez à nous faire remonter toutes les situations qui vous interpellent ! s2snes@snes.edu