14 novembre 2020

Actualité académique

Protocole sanitaire : Un 1er pas en Bretagne mais il faudrait avancer davantage

Protocole sanitaire : Un 1er pas en Bretagne mais il faudrait avancer (...)

Dans l’académie comme ailleurs, les derniers jours ont vu une accélération des contaminations des élèves et des personnels dans les collèges et les lycées. Les relevés statistiques du ministère de l’EN sont de plus en plus insincères et ils sont ouvertement contredits par les ARS.

Dans ce contexte où la contagion progresse en collège, le SNES-FSU académique a eu la confirmation par le rectorat que le recteur de Rennes autorisait des aménagements pour l’accueil des élèves des collèges « les plus en tension ». Des possibilités de dédoublements sont donc ouvertes selon la configuration du collège (pression des effectifs lors du passage à la cantine, organisation des bâtiments…) mais pour l’instant sur les niveaux 4e et 3e. C’est un premier pas important et la possibilité de dédoublement doit être généralisée à tous les collèges. Mais le dédoublement des classes ne signifie pas "double travail" puisque le service reste fait intégralement devant les élèves. Les déplorables interventions du Premier ministre et de JM Blanquer jeudi soir qui n’ont jamais prononcé le mot « collège » sont donc corrigées à la hâte par des arbitrages locaux pour tenir compte de la progression des contagions en région et des risques auxquels sont exposés les personnels, les élèves et leurs familles.

La lutte engagée depuis des semaines allant jusqu’à la grève mardi a donc fait bouger les lignes ! La grève sanitaire du 10 novembre a permis d’expliquer à l’opinion publique et aux parents d’élèves les demandes des équipes pour alléger les effectifs comme cela a été décidé pour tous les lycées.

Avec les allégements, le plan de « continuité pédagogique » à baliser

Le principe de demi-classe alternant leur présence au lycée ou au collège doit être validé par le recteur comme les modalités d’accompagnement des élèves à la maison. C’est l’objet du plan de continuité pédagogique. Ce document sous la responsabilité du chef d’établissement peut tenir sur une page. Il détaille le choix de l’établissement pour faire alterner les demi-classes. Le SNES conseille de privilégier des solutions qui soient tenables sur la durée pour que les personnels ne s’épuisent pas dans des dispositifs trop complexes. Les établissements avec un internat privilégient une alternance à la semaine. Les propositions les plus courantes sont des alternances de groupes à la semaine du mercredi au mardi soir, mais des alternances se font aussi à la journée. Dans les premiers collèges retenus, les mesures toucheront en priorité les 4es et 3es. Dans tous les cas, les élèves sont présents pour 50 % au moins du temps en classe sur leur emploi du temps ordinaire. Les collègues assurent donc leur service normalement mais devant moitié moins d’élèves, ce qui permet d’optimiser le présentiel.

Le plan de "continuité pédagogique" précise donc comment les élèves à la maison seront accompagné-es. Rien n’impose aux enseignant-es un double travail (faire cours en présentiel et, simultanément ou non, en distanciel), les textes statutaires sont très clairs là-dessus et le recteur ne dit pas autre chose. Il faut privilégier Pronote, Moodle et toute plateforme (d’entraînement, de ressources documentaires ou pédagogique) validée par l’EN. Les propositions de séance filmée ou de classe virtuelle sont sur la base du volontariat : chacun-e faisant déjà son service complet en classe sur son emploi du temps, rien en plus ne peut être imposé. Il faut toujours rester vigilant-es aux solutions temporaires qui sur le long terme ne sont pas tenables. En cas de pression, une réponse collective de l’équipe est toujours plus efficace. Contactez le SNES en cas de difficulté.

Agir pour une possibilité de dédoublement

Nous invitons les établissements qui ne l’auraient pas encore fait à s’adresser au plus vite maintenant au DASEN et au Recteur pour demander des dédoublements, et aux autres restés sans réponse de renouveler leur demande. Des exemples de motions ou de courriers sont en ligne ici. Adressez un double de votre motion aux militant-es de votre section départementale et à la section académique du SNES. Le CTA (comité technique académique) se réunit mardi 17 novembre à 14h30, nous pourrons interroger directement le Recteur et les 4 DASEN présents sur la situation de votre collège. A partir de cet examen au cas par cas voulu par le Recteur, il s’agit bien pour le SNES d’obtenir la généralisation des mesures d’allègement des effectifs à tous les collèges.

Aménager les programmes et recruter des personnels !

L’aménagement des programmes au collège comme au lycée et le report en juin des épreuves de bac prévues du 15 au 17 mars sont toujours refusés par le ministre. Le SNES-FSU maintient la pression pour qu’à la suite des allégements d’effectifs, des décisions soient prises pour tenir compte du temps d’enseignement temporairement réduit par la crise sanitaire. L’engagement des équipes à faire réussir tous les élèves et réduire les inégalités doit être accompagné sans plus attendre d’un plan de recrutement de personnels enseignants, de vie scolaire, d’orientation et d’agents des collectivités.

Pour le secrétariat académique
Frédérique Lalys, Gwénaël Le Paih et Matthieu Mahéo