15 octobre 2019

SECTIONS DEPARTEMENTALES

refuser la tenue des E3C face à un état d’impréparation inédit

modèle motion E3C
modèle motion E3C

Les résultats de l’enquête lancée auprès des personnels sur les E3C sont sans appel (consultablesici) : jamais on n’a vu un tel état d’impréparation à des épreuves de baccalauréat. Ceci est juste la description d’un tableau que le SNES-FSU dépeint depuis l’annonce du bac Blanquer : que de précipitation, que d’incertitudes sur les passations, que de stress généré pour les élèves et les personnels… Quel calendrier et quelles modalités pour les commissions académiques d’harmonisation ? Quelles modalités de choix des sujets dans la banque nationale ? Quelles modalités pour les corrections dématérialisées ? quelle indemnisation pour les correcteurs ? Nous n’avons aucune réponse à ces questions. Mettre en place ces épreuves communes semble donc non seulement impossible mais déraisonnable.
Ainsi, dans l’immédiat, le SNES-FSU demande la suppression de la première session des E3C et la transformation de toutes les épreuves du baccalauréat du 3e trimestre de 1re en épreuves nationales.
Vous pouvez contribuer à cette demande en agissant dans vos établissements : ci-joint un modèle (modifiable) de motion à soumettre dans les CA pour la suppression des E3C. De même, tout prochainement, les collègues seront reçus par leur direction pour fixer les modalités de la passation des E3C : merci de nous tenir informés en vous adressant à la section départementale ou académique. Il ne faut rien se laisser imposer.
En effet, le ministère persiste à renvoyer au local le cadre de l’examen. Il existera donc autant de formule que d’établissement. De plus, la publication du calendrier des épreuves nous rappelle que, tout au long du cycle terminal, de janvier à juin, les élèves vont voir se succéder des épreuves sans arrêt. On peut facilement imaginer l’état d’esprit dans lequel vont se retrouver les élèves : un vrai parcours du combattant. Nous refusons le principe ultralibéral du « teach for test » et réclamons une organisation des épreuves qui laisse aux élèves le temps des enseignements, de l’approfondissement des apprentissages, de la consolidation de l’esprit critique : il faut le retour à des épreuves nationales terminales et il faut exiger une reconnaissance salariale des corrections des épreuves.

Gwendoline Lobre
modèle motion E3C