21 janvier 2021

Actualité académique

REVALORISER LES SALAIRES ET NOS MÉTIERS : TOUTES ET TOUS EN GRÈVE LE 26 JANVIER !

REVALORISER LES SALAIRES ET NOS MÉTIERS : TOUTES ET TOUS EN GRÈVE LE 26 (...)

Les RDV en Bretagne, Edito et appel intersyndical

Les rdv en Bretagne :

22 St Brieuc 11h Parc des promenades
29 Brest 11h Place de la Liberté
Quimper 11h Place de la résistance
35 Rennes 11h République
56 Lorient 10h30 Cosmao Dumanoir
Vannes 10h30 Préfecture

Les mobilisations citoyennes contre la loi de « sécurité globale », très importantes en Bretagne, ont rappelé au gouvernement l’attachement du pays à un État de droit et aux principes républicains. Les violences des forces de l’ordre sont inqualifiables, comme l’attitude du ministre de l’Intérieur incapable de les condamner et de dénoncer les propos racistes de certains policiers.

Comment ne pas redouter que cette volonté d’encadrer la liberté d’informer reste sans suite pour la liberté d’enseigner ? Injonctions sur l’évaluation, organisations des enseignements et des examens à la main des directions, programmes disciplinaires verrouillés par ses proches… le ministre Blanquer a déjà beaucoup fait pour limiter la liberté pédagogique. Et il ne tolère décidément aucune opposition ! Déjà la suppression des CAPA lui permet de réduire l’influence des syndicats critiques de sa politique et protecteurs des droits collectifs et individuels des personnels. Et on le découvre barbouze, créant son syndicat lycéen maison et complaisant -des mineurs manipulés !- pour vanter ses réformes quitte à enfreindre toutes les règles de neutralité dans la conduite d’un ministère. Une indignité de plus en triste écho à l’hommage à notre collègue Samuel Paty, escamoté à la dernière minute à la demande du ministre.

Le SNES travaille sans relâche pour transformer au plus vite en mobilisation le rejet de la politique gouvernementale et des personnes qui l’incarnent. La grève sanitaire en novembre et celle des AED le 1er décembre ont eu des effets sur les décisions de dédoublements et de postes supplémentaires en AED. Le 26 janvier, une grève intersyndicale FSU, CGT, SUD et FO s’organise pour la revalorisation des salaires car les 400 millions annoncés en octobre pour nos métiers sont loin d’être suffisants.

Outre les pertes accumulées non rattrapées, des contreparties sur les conditions de travail sont à craindre dans la foulée du Grenelle, une mascarade qui a soigneusement écarté toute loi de programmation budgétaire. Le rôle social de nos métiers doit pourtant être reconnu avec des mesures catégorielles immédiates comme celles présentées dans cette publication et des recrutements.

Un récent sondage Ipsos pour la FSU montre que 75 % des personnels font prioritairement confiance aux syndicats pour résoudre les problèmes du système éducatif. Prolonger ce soutien par une adhésion au SNES-FSU préserve durablement notre action militante pour vous accompagner tout le long de la carrière, vous informer localement comme avec cette publication et construire sans relâche les conditions pour des luttes victorieuses comme nous pouvons réussir à le faire le 26 janvier.

SNES Bretagne n° 148