5 mars 2019

Carrière et mutations

Compte-Rendu du GT Congé de Formation Professionnelle 2019

Ce mardi 5 mars 2019 se tenait un groupe de travail consacré aux congés de formation professionnelle attribués pour l’année scolaire 2019-2020.

L’obtention d’une formation rémunérée au cours de sa carrière est une possibilité offerte à tout personnel de l’Éducation nationale, titulaire et non titulaire.

Cette année, 964 demandes de congés formation, tout corps confondus (sauf CPE) ont été adressées à l’administration, avec un contingent de 372 mois à répartir (1 demande chez les CPE pour 48 mois attribuables, mais dans un budget indépendant de celui des autres catégories évoquées).

La FSU déplore que seules 4,5 % des demandes (45 dont 3 non rémunérées) aient pu être satisfaites dans l’académie, alors même que l’offre de formation institutionnelle est plus que réduite et les demandes croissantes (91 demandes supplémentaires entre 2018 et 2019). Il est pourtant essentiel de pouvoir bénéficier de la possibilité de se former à un projet choisi, tout en restant rémunéré par son employeur.

Nombre de refus et ancienneté générale de service pour obtenir un congé de formation
Contingent à répartirCorpsNombre de refus (nombre de demandes -1)Ancienneté générale de service
BOP 141
372 mois
Agrégé-es 8 19 ans 11 mois 18 jours
Certifié-es 9 28 ans 0 mois 18 jours
Agents non titulaires 0 7 ans 9 mois 14 jours
Psy EN 7 18 ans 11 mois 20 jours
BOP 230
48 mois
CPE 0 En attente de décision rectorale

Pour classer les demandes, le Rectorat a adopté deux critères de sélection dans l’ordre suivant : le nombre de refus précédents, puis l’ancienneté générale de services (AGS).

Au-delà de ces critères, trois priorités académiques ont été fixées par le Recteur :
- le prolongement d’un congé de formation rémunéré engagé l’année précédente pour une formation pluri-annuelle ;
- la situation des agents non-titulaires ;
- les projets personnels s’inscrivant dans des besoins spécifiques à l’académie (notamment la formation à la langue bretonne).

Ces priorités peuvent permettre de s’affranchir des critères classiques, sans toutefois bousculer le contingent de façon conséquente. Cette année, 4 collègues ont bénéficié d’un traitement prioritaire (2 suivis de formation et 2 formations en langue régionale).

Le travail en amont des commissaires paritaires de la FSU a permis d’assurer, une nouvelle fois, un examen des demandes et une répartition des mois contingentés en toute équité dans tous les corps représentés. Des échanges nourris ont eu lieu entre le SNES et la DRH concernant les moyens CPE attribués dans le cadre de ce groupe de travail.

Vos élu-es restent disponibles pour de plus amples renseignements.

Les élu-es SNES-FSU ayant siégé lors de ce groupe de travail,
Christelle CARNET, Yann-Pier DEREDEL, Martin GEORGES-SAINT-MARC, Caroline LESNÉ, Pierre-Yves MORÉ, Solenne OGIER, Fabrice RABAT, Fabienne STÉPHAN