L’obtention d’une formation rémunérée au cours de sa carrière est une possibilité offerte à tout personnel de l’Éducation nationale, titulaire et non titulaire, à l’exception des AED et des personnels stagiaires. Il est possible de bénéficier de 36 mois de congé de formation professionnelle (CFP) sur l’ensemble de la carrière, dont 12 mois rémunérés. Néanmoins, la difficulté pour obtenir le bénéfice de ce CFP va croissante d’une année à l’autre. Les refus s’accumulent pour les collègues, qui patientent pour certain·es plus d’une dizaine d’années avant d’obtenir leur congé rémunéré.

Le dialogue social encore raboté

Cette année, alors même qu’aucune évolution législative n’avait lieu par rapport à l’an passé, le Rectorat de Rennes a choisi de restreindre encore un peu plus le dialogue social dans l’académie. Le Groupe de Travail annuel avec les organisations syndicales qui étudiait l’ensemble des demandes de CFP dans le second degré a été supprimé du calendrier.

L’administration a annoncé au SNES-FSU que des CAPA seraient certes réunies pour chaque corps, probablement au mois de juin. Or ces instances actaient précédemment ce qui avait été discuté en groupe de travail : les équilibres entre catégories (certifiés, agrégés, Psy-EN, PLP, PEPS, ANT) y avaient été abordés, et les situations individuelles y avaient déjà été défendues.

Outre la fragmentation des discussions, le calendrier social annoncé est en complète inadéquation avec les besoins des collègues. En renvoyant la défense individuelle de situations à la fin d’année scolaire, l’administration ne permettra évidemment pas aux collègues dont la situation pourrait être revue de s’organiser décemment pour la rentrée 2022. L’administration n’a d’ailleurs annoncé ses choix aux collègues qu’à la fin du mois d’avril (alors que cela se faisait au plus tard début mars les années passées). Elle n’a pas jugé utile dans son courrier de préciser aux collègues la possibilité de saisir la CAPA.

Demander des explications

Le SNES-FSU propose aux collègues intéressé·es de faire parvenir à la DPE un courrier demandant des explications quant au motif de refus et demandant à ce que leur situation soit examinée en CAPA. Vous trouverez le modèle ci-dessous.

Aucun élément statistique n’a pour le moment été communiqué aux organisations syndicales (nombre de demandes, nombre de refus par corps, ancienneté générale de service des derniers collègues ayant pu bénéficier d’un CFP, nombre de situations considérées comme prioritaires, répartition des demandes par genre, par corps et par motif, etc.). Le SNES communiquera ces éléments à ses adhérent·es dès qu’il aura pu avoir accès à ces informations, et demande le retour d’un Groupe de travail entre administration et organisations syndicales dès la campagne 2023.