Depuis le 1er septembre 2017, l’application des mesures PPCR a permis la mise en place de nouveaux déroulés de carrière, avec un troisième grade ajouté au-delà de la hors-classe. La classe exceptionnelle permet aux collègues d’atteindre de nouveaux indices de rémunération pour partir à la retraite avec des pensions revalorisées.

Qui est promouvable ?

Deux viviers distincts de collègues sont constitués :

➠ Vivier 1 (au moins 70 % des promotions)
Collègues au moins au 3 e échelon de la hors-classe (2 e échelon pour les agrégé·es) comptant huit années de carrière sur des affectations ou missions spécifiques :

  • éducation prioritaire (50 % d’exercice au moins dans un des établissements concernés) ;
  • enseignement supérieur (PRAG/PRCE, CPGE) ;
  • DCIO, directeur adjoint chargé de SEGPA, DDFPT, directeur d’école ;
  • conseiller pédagogique auprès des IEN chargés du premier degré ;
  • formateur académique (CAFFA ou décision rectorale pour les situations avant 2015) ;
  • référent auprès d’élèves en situation de handicap ;
  • tuteur de personnels stagiaires.

Remarque : depuis 2019, le ministère ne prend plus en compte les services en STS, mais les collègues qui avaient validé ces services sur l’une des campagnes 2017 ou 2018 les conservent.

Les huit années peuvent être constituées de différentes missions, exercées de façon continue ou non, mais couvrant impérativement des années scolaires complètes. Deux missions sur une même année scolaire ne comptent que pour une année. Enfin, le temps partiel compte pour un temps plein et toute année en qualité de stagiaire ou de « faisant fonction » ne sera pas prise en compte.

Le dossier est à établir dans I-prof (Jusqu’au 29 avril 2022 minuit)

➠ Vivier 2 (au plus 30 % des promotions)
Collègues au dernier échelon de la hors-classe (7e échelon pour les certifié·es, CPE et Psy-ÉN ; 4éme échelon et dernier chevron pour les agrégé·es).
Seule l’ancienneté de carrière donne accès à ce vivier. À part une mise à jour du CV sur I-prof (qui n’est pas obligatoire mais conseillée jusqu’au 29 avril minuit), les collègues n’ont donc rien à faire. Les collègues éligibles dans les deux viviers seront bien examiné·es aux deux titres.

Quel barème ?
1) L’appréciation du Recteur
Elle se base sur une appréciation littérale formulée par les évaluateurs primaires, chef d’établissement et IPR (IEN-IO et DASEN pour les DCIO), que chaque collègue doit pouvoir consulter en amont de l’établissement des tableaux de promotions. L’appréciation finale du Recteur est un avis de synthèse décliné en 4 degrés possibles :

  • Excellent : 140 points
  • Très satisfaisant : 90 points
  • Satisfaisant : 40 points
  • Insatisfaisant : 0 points
    Les avis du recteur sont contingentés : un pourcentage maximum d’avis Excellent et Très satisfaisant sont distribués en fonction du nombre de collègues promouvables. Ces pourcentages varient selon le vivier et le corps.

les avis des IPR et CE sont consultables sur i-prof à compter du 13 juin 2022

2) L’ancienneté dans la plage d’appel
La reconnaissance de l’ancienneté varie de 3 à 48 points selon l’ancienneté dans la hors-classe.

Quels contingents ?
Les collègues en classe exceptionnelle représentent aujourd’hui un peu moins de 8,8 % de nos professions. D’ici à 2023, ce volume doit progressivement passer à 10 % du volume total de chaque corps (agrégés, certifiés, CPE, Psy-ÉN). Les contingents sont fixés par le ministère et communiqués tardivement dans l’année, en tenant compte des futurs départs en retraite, qui représentent désormais la majorité des places vacantes d’une campagne à l’autre (et la totalité à partir de 2023).

Quelle évolution de carrière une fois promu·e ?

les résultats seront, normalement, publié le 1er juin 2022. Mais on est jamais à l’abri d’un peu de retard.

Votre reclassement se fera à l’indice égal ou immédiatement supérieur selon le tableau suivant :

L’intérêt de la profession : promouvoir les anciens collègues !
Pour favoriser les possibilités de rotation pour les années à venir et pour optimiser les promotions et les gains sur les futures pensions, le SNES a, dès la campagne 2017, été particulièrement combatif pour que les collègues les plus proches de la retraite soient promu·es. Nous n’avons hélas pas toujours été suivis par le Rectorat, qui a parfois favorisé des collègues nettement plus jeunes. Si individuellement cette décision leur est bénéfique, cela limite mécaniquement l’accès à la classe exceptionnelle de nombre de collègues.