12 mars 2021

Actualité académique

Plus que jamais faire vivre le principe de la justice sociale et du service public !

Plus que jamais faire vivre le principe de la justice sociale et du service (...)

Avec la loi de transformation de la fonction publique, le gouvernement a choisi de mettre fin à la transparence dans les opérations de carrière, le contrôle et la vérification préalable par les organisations syndicales ont été supprimés. C’est un retour à la situation qui prévalait avant 1945, il s’agit de mettre fin aux garanties collectives et d’ouvrir la porte à un traitement individuel des mutations et des promotions : la « révolution des ressources humaines » promise par le ministre J.-M. Blanquer aux parlementaires. Mais en attendant le grand soir libéral de la dérégulation complète, les mutations se font toujours avec un barème et selon des règles qu’il convient de maîtriser pour réussir sa mutation. C’est plus que jamais indispensable car la décision de ne plus diffuser d’informations personnelles conduit d’ores et déjà à opacifier le mouvement puisque les barres d’accès des communes ne sont plus communiquées. De plus, cette année les mesures de carte scolaire seront également plus nombreuses, laissant présager un mouvement plus compliqué dans plusieurs disciplines et dans certains secteurs.

Dans ce contexte, toutes les actions entreprises pour obtenir des moyens supplémentaires par des BMP ou des transformations d’HS en HP dans les établissements permettront à la fois d’améliorer les conditions de travail localement et de favoriser le mouvement pour les collègues entrants, les TZR et les contractuel·les. Ces actions ont été importantes dès le mois de janvier et elles ont vocation à se poursuivre tout au long de la phase de préparation de rentrée.

Le SNES-FSU entend montrer qu’un autre choix budgétaire est nécessaire pour le second degré. Malgré les incertitudes sur la situation sanitaire, les occasions de le faire entendre seront encore nombreuses
en mars et avril. En plus des actions entreprises localement, la période qui s’ouvre avec la journée internationale des droits des femmes le 8 mars et la lutte pour l’égalité réelle femmes/hommes, pourra se
poursuivre avec des rassemblements à l’occasion des CTSD ou du CTA.

Le SNES-FSU continuera à porter les mobilisations et à accompagner comme tous les ans les collègues participant au mouvement avec ce numéro spécial de sa publication académique. La section académique et les sections départementales proposent également des permanences ouvertes à toutes et tous et un accompagnement individuel aux syndiqué·es à toutes les étapes de leur participation au mouvement.

Accompagnement dans la carrière, batailles pour des moyens ou lutte pour la revalorisation, le SNES-FSU est de tous les combats, mais il ne peut les mener que grâce à ses adhérent·es. Se syndiquer aujourd’hui est plus utile que jamais. Si vous n’êtes pas encore adhérent·e, rejoignez-nous !

Matthieu Mahéo, 3 mars 2021
Co-secrétaire général du SNES-FSU Bretagne